Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Voyages, rencontres & aventures

Articles récents

2009 Avril Repérage à Madeire et Portugal

6 Juin 2015 , Rédigé par Fifou d'ailleurs

2009 Avril Repérage à Madeire et Portugal

Avec Caroline, d'APF Evasion, nous allons à Madeire et au Portugal pour repérer les hôtels, restaurants et lieux visités pour un groupe de personnes en fauteuil roulant. Cela nécessite de bien voir l'accessibilité des lieux car, même s'ils ont des accompagnants, les moindres marches, couloirs étroits, portes qui ouvrent vers l'intérieur, tout pose problème.

Bonne ambiance, Caroline est adorable, on fait un bon boulot en un temps record en enchainant les visites, elle adore le Portugal.

2009 Avril Repérage à Madeire et Portugal
2009 Avril Repérage à Madeire et Portugal
2009 Avril Repérage à Madeire et Portugal
2009 Avril Repérage à Madeire et Portugal
2009 Avril Repérage à Madeire et Portugal
2009 Avril Repérage à Madeire et Portugal
2009 Avril Repérage à Madeire et Portugal
Lire la suite

2009 Avril VTT route des vins de Bordeaux

6 Juin 2015 , Rédigé par Fifou d'ailleurs

2009 Avril VTT route des vins de Bordeaux

Route des vins de Bordeaux en VTT Du 11 au 16 avril, je suis allé en Gironde pour faire un circuit en VTT, en fait il s'agissait davantage de cyclotourisme que de VTT. Cette expérience m'a confirmé que j'aimais beaucoup le VTT, en particulier les petits monotraces dans les forêts profondes, les descentes grisantes entre les arbres, sauter les racines et les obstacles, pique-niquer au bord des rivières et s'endormir épuiser le soir après une bonne douche salvatrice. Par contre je trouve le cyclotourisme est très ennuyeux ! On partage la route avec les voitures, on avale les kilomètres de goudron sans intérêt en passant de village en village. Les abords des grandes villes, avec leur zone industrielle et commerçante ne présentent aucun intérêt. Bref ce sera la dernière. En plus, je ne bois aucun alcool jusqu'à Noël donc l'intérêt de passer par tous les vignobles du Bordelais était limité. Le Samedi soir, j'ai été accueilli par Jacques qui a acheté une "échope" dans le quartier de la gare à Bordeaux. Ce sont de petites maisons en rez-de-chaussée qui occupent tout un quartier, il y en a des dizaines avec leur jardinet à l'arrière. Celle de Jacques est très mignonne, dans une rue calme. Le dimanche, sous la pluie, nous allons à Blayes, visiter la citadelle Vauban au bord de la Gironde. C'est très joli, on déjeuner dans un bon resto avec le repas pascal traditionnel puis le soir il me dépose à mon hôtel à Bourg. Le lundi matin, je commence mon circuit en rejoignant St Emilion où je passe l'après-midi. Très joli, je visite l'église souterraine avec l'office du tourisme, ainsi que la grotte de St Emilion et les carrières de pierres. Vue générale de la citadelle de Vauban, impressionnante. A St Emilion, je dors dans un gîte rural, juste à l'extérieur du village, au milieu des vignes. Belle chambre avec une vue magnifique sur la campagne environnante. La, c'est château Lafleur Petrus à Pomerol. J'adore le vin de Pomerol, c'était frustrant de ne pouvoir y goûter. Cependant il semble que je me sois trompé, Lafleur Petrus est une sous-marque du château petrus, le cru prestigieux, avec les bouteilles les plus chères du monde. La bâtisse est modeste, tout est fermé, il n'y a personne. Pomerol est un petit territoire près de St Emilion, c'est à mon avis un excellent vin bien que je n'y connaisse pas grand chose. Du coup, j'ai réfléchi au projet de Yorgos qui m'avait proposé de sélectionner des vignobles Bio Portugais et j'ai décidé de ne pas donner suite car tout le vocabulaire oenologique m'ennuie profondément. Autant j'aime bien déguster une bouteille de bon vin avec des amis au cours d'un dîner sympa. Autant analyser le nectar, utiliser un vocabulaire choisit, observer la couleur, dissequer le goût en bouche pendant de longues minutes : tout cela n'est pas pour moi, tout simplement. St Emilion est vraiment un village médiéval plein de charme. La présence des troupeaux de touristes ne gâche pas la beauté des ruelles pavées et des façades du moyen-âge. Une magnifique église romane en pleine nature, idéal pour un pique-nique sous les arbres. Malheureusement l'église était fermée, comme la plupart des édifices religieux de la région. L'extérieur est déjà très beau. Je passe Sauveterre de Guyenne, jolie Batside du Sud-Ouest avec un marché qui fournit les produits du pique-nique et je continue vers Cadillac. Là, je croise une "Voie Verte" ancienne voie de chemin de fer transformée en voie cyclable en pleine nature mais cela implique un détour que j'envisage de faire le lendemain, après Cadillac. Cadillac est une belle petite ville, autour du château du Duc d'Epernon, ancien mignon d'Henri III qui se fit construire une jolie demeure. Les voitures Cadillac viennent de là, en effet, Antoine de Lamothe-Cadillac était un aventurier qui partit aux Etats-Unis au 18ème siècle, il fonde la ville de détroit et devient Gouverneur de Louisiane. Avant de rejoindre Bordeaux, je passe l'après-midi dans une treès belle abbaye en ruines. Ensuite je rentre par la voie verte, je passe la dernière soirée avec Jacques, nous allons dîner au restaurant et le lendemain j'ai rendez-vous avec une amie d'enfance, Cécile, que je n'avais pas vu depuis 32 ans ! ! ! retrouvailles par Copains d'Avant, c'était très amusant et sympathique.

2009 Avril VTT route des vins de Bordeaux2009 Avril VTT route des vins de Bordeaux
2009 Avril VTT route des vins de Bordeaux2009 Avril VTT route des vins de Bordeaux
2009 Avril VTT route des vins de Bordeaux2009 Avril VTT route des vins de Bordeaux2009 Avril VTT route des vins de Bordeaux
Lire la suite

2008 décembre Egypte

6 Juin 2015 , Rédigé par Fifou d'ailleurs

2008 décembre Egypte

Pour Noël, nous partons, Ilias, JC et Yorgos en Egypte. Visites classiques du Caire et de Louxor puis repose sur le Mer Rouge à Mahakadi, plongée sur les merveilleux récifs coralliens.

2008 décembre Egypte
2008 décembre Egypte
2008 décembre Egypte
2008 décembre Egypte
2008 décembre Egypte
2008 décembre Egypte
Lire la suite

2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (2)

6 Juin 2015 , Rédigé par Fifou d'ailleurs

2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (2)

Et voilà le repas : Grosses tomates cerise, une salade au fromage et une mousse au chocolat. En tout, après 6 jours d'efforts assez intense, surtout dans les montées (attention au premier qui dira que le Pays de Galles est plat ! ! ! ! ) j'ai quand même perdu 7 kilos. C'est beaucoup mais aussi compte tenu du fait que je fais peu de sports le reste de l'année, c'est assez normal. J'arrive plus tard à BUITH WELLS. C'est migon mais il est encore très tôt, à peine 15h00. J'envisage de continuer vers l'étape suivante et de prendre de l'avance sur l'itinéraire fixé, même si je n'arrive pas à LLANIDLOES, au moins j'aurai profité pleinement de la journée. Donc ça repart en direction de RHAYADER, où je passerai la nuit dans un petit Bed and Breakfast assez cher quand même 50 £ ! !

Lôn Las Cymru : I did it 3rd day August 3rd Au petit déjeuner il y a un couple d'Anglais en vacances. Le mari entre d'abord, suivi de sa femme qui s'exclame ; "Where's the parrot ? " car elle vient d'entendre un cri d'oiseau qui ressemble à celui du perroquet. Son mari, avec tout le flegme britannique lui répond : "Oh dear, don't you think this charming lady is about to cook parrot for our breakfast !", réponse de sa femme : "Oh certainly not, I was just wondering if there's any parrot around in this lovely house". Les Anglais sont vraiment incroyables, fins et plein d'humours. J'avale encore une paire de toasts multi-céréales avant de reprendre la route en direction de LLANIDLOES Il a plu, les chemins sont mouillés mais la forêt dégage une odeur irrésistible et puis le soleil brille. Jusqu'à présent je n'ai quasiment pas eu une goutte de pluie. Je pédale sans effort sur des petits sentiers de terre, parfois il y a une voie cyclable mais toujours des paysages fabuleux aperçus entre les arbres. Voici le symbole du CYCLING TRAIL N° 8. Il y en a peu, souvent ce sont des pancartes assez modernes. Il m'est arrivé de louper une intersection mais on s'y retrouve toujours, c'est globalement très bien indiqué. A Llanidloes il y a plusieurs magasins de vélos mais ils sont tous fermés. Je continue de monter en pleine forêt en doublant 2 VTTistes, l'un d'eux changeait une roue suite à une crevaison. L'arrivée au col est spectaculaire. Il y a un lieu de pique-nique idéal avec plusieurs familles et pas mal de voitures sur le parking. Je déjeune sur une table face à l'immensité ds forêts, c'est vraiment très beau. Je décide de poursuivre jusqu'à DOLGELLAU car il ne me reste que 25 miles à faire pour y parvenir. Le chemin forestier domine une petite vallée très verdoyante. Même si les rayons de soleils se font rares, le temps est très agréable et je pense avoir de la chance de ne pas avoir eu de pluie depuis le début. Je prends la route de montagne vers MACHYNLLETH, je pense que ça va être difficile car dans le guide ils décrivent cette portion de route comme la plus longue montée (sur 4,5 miles). Et en effet ça a été très dure, une montée très, très longue, même si ce n'est pas un mur, c'est très fatiguant. Je me suis motivé en me promettant plusieurs carrés de chocolat si j'arrivais au col sans poser le pied à terre, et j'y suis arrivé ! De l'autre côté il y a eu la plus fabuleuse descente de ma vie ! Plus de 35 minutes à très vive allure sans pédaler ! Génial. Du coup en arrivant à MACHYNLLETH, j'étais encore frais comme un gardon et j'ai continué, il était 15h00 à peine. Je suis allé jusqu'à un petit village appelé CORRIS, situé dans la vallée, au milieu des conifères. Il y avait une auberge de jeunesse dans l'ancienne école du village. Elle est tenu par un type un peu hyppie, avec plein de souvenirs des Indes et du Népal accroché au mur. Je suis le seul et unique client de l'auberge. Je dîne au Pub des traditionnelles Lasagne végétariennes, ça fait déjà 3 jours, je commence à en avoir marre, il faudrait varier un peu.

Lôn Las Cymru : I did it 4th day August 4th Voilà le magnifique petit village de Corris, en pleine forêt. Toutes les maisons sont en pierre plate, un peu feuilletée qui fait penser à l'ardoise mais n'en est pas. En quittant Corris, je sais que je vais avoir une grande montée, très raide, sans doute la dernière grosse difficulté du parcours. D'ici là, je roule entre des piles de pierres très hautes. Puis c'est la montée jusqu'au col. A un moment il y avait une vache et son veau au milieu de la route. Elle avait l'air assez agressive mais impossible de passer. Je me suis dit qu'il ne fallait pas essayer de la séparer de son veau et que sa préoccupation serait de le protéger mais non, finalement elle a sauté les barbelés pour retourner dans son champ, avec une souplesse étonnante mais une retombée moins esthétique et son veau est parti en courant sur le chemin. Bref je suis arrivé au sommet sus la pluie, complètement épuisé car les 300 derniers mètres c'était un mur que j'escaladais. Bon j'avoue j'ai mis pied à terre, impossible de faire autrement. Voici la route montée, quand on voit le dénivelé d'en haut on perçoit mieux l'effort nécessaire pour monter tout ça ! La pluie fine s'épaissit, ça devient assez désagréable mais heureusement j'arrive au col. EPUISE ! ! ! ! Dans la descente qui suit, le vent me sèche, et il y a même quelques rayons de soleil. A DOLGELLAU, je suis déçu car c'est un village hyper-touristique, chacun vient en voiture pour faire une promenade à pied d'une demi-heure. A l'office de tourisme, je demande à réserver l'auberge de jeunesse de TREMADOG, à côté de PORTMADOG sur la côte. La dame appelle et demande si l'auberge est adhérente de l'office de tourisme, l'autre doit répondre que non alors elle répond qu'elle ne peut faire la réservation. j'interviens en disant que puisqu'elle l'a au téléphone, ça ne lui coûterait rien de donner mon nom pour qu'ils bloquent un lit, ce qu'elle fait, à contre-coeur. C'est vraiment étrange, un office du tourisme qui régit de la sorte ! Je longe donc le bras de mer après DOLGELLAU. Assez plat, joli, sans plus. Finalement, j'arrive au bord de la mer et je longe la côte sur une route nationale fréquentée, sous la nuit. Ce n'est pas top du tout là. Au bout d'un long moment, je finis par arriver au château de HARLECH qui domine la côte. Très bel exemple de château-fort avec une enceinte fortifiée. Le vendeur de tickets refuse de garder mon sac "For security reason" ! Je continue assez rapidement vers PORTMADOG car je veux absolument visiter avant la fermeture, le village de Portmeirion où a été tourné la série "The Prisonner" dans les années 60. J'ai bien aimé PORTMEIRION. Le fondateur était un peu fou de vouloir récupérer des parties de monuments historiques et de créer un village complètement kitch. Le Prisonnier (The Prisoner) est une série télévisée britannique en 17 épisodes de 48 minutes, créée par George Markstein et Patrick McGoohan et diffusée entre le 1er octobre 1967 et le 4 février 1968 sur le réseau ITV. En France, la série a été diffusée à partir du 18 février 1968 sur la deuxième chaîne de l'ORTF mais sans les 13e, 14e et 15e épisodes ni l'ultime épisode qui ne sera programmé que des années plus tard sur une autre chaîne. Synopsis : Un agent secret britannique démissionne brutalement de son poste et rentre chez lui au volant de sa Lotus Seven. Alors qu'il est en train de faire ses valises dans son appartement londonien, un gaz anesthésiant est diffusé dans la pièce. À son réveil, il se retrouve dans le Village, un lieu idyllique et esthétique habité par une communauté insulaire constituée d'une part de villageois numérotés comme lui et, d'autre part, de leurs geôliers, deux classes indifférenciables. Il sera désormais le Numéro 6 et n'aura de cesse de tenter de s'évader du Village. Curieusement, il est le seul habitant dans ce Village à essayer de s'enfuir. Il parviendra finalement à s'échapper pour de bon dans le dernier épisode. Selon Gilles Visy, dans cet épisode « le Numéro 6 jouera métaphoriquement une partie d'échecs contre l'énigmatique Numéro 1 via le Numéro 2. Ce n'est pas sans rappeler le chevalier du Septième Sceau qui combat la mort sur l'échiquier de la vie. » J'ai dormi dans cette superbe petite maison qui est l'auberge de jeunesse de Tremadog. C'est là qu'est né le 16 août 1888, le futur Lieutenant-Colonel Thomas Edward LAWRENCE plus connu sous le nom de LAURENCE D'ARABIE. Toute l'auberge lui est dédié avec moultes photos, posters et souvenirs de ses années passées au Moyen-Orient. Lawrence was born at "Gorphwysfa" in Tremadog, Caernarfonshire (now Gwynedd), North Wales. His Anglo-Irish father, Sir Thomas Robert Tighe Chapman, who in 1914 inherited the title of seventh Baronet of Westmeath in Ireland, had abandoned his wife Edith for his daughters' governess Sarah Junner (born illegitimately of a father named Lawrence, and who styled herself 'Miss Lawrence' in the Chapman household).The couple did not marry. En route il y a encore plein d'excellentes mûres. Je m'arrête longuement. Je pense que je n'ai jamais mangé autant de mûres de ma vie, elles sont énormes et très bonnes. Etant petit, je faisais des récoltes de mûres pour ma Tante Elisabeth qui faisait de la gelée de mûres en Bretagne. C'est du boulot car le fruit est petit et fragile, mais ça vaut la peine. Après une petite partie sur une piste de cyclotourisme longeant l'autoroute, on plonge dans une vallée en sous-bois (bienvenu car la pluie ne me lâche plus désormais) jusqu'à CAERNAFON. Cette grande descente longe une voie de chemin de fer touristique. C'est tout simplement magnifique, très roulant, super agréable dans un joli paysage très vert. Voici là où l'on débouche en arrivant à CAERNAFON. Bon, là il pleut de plus en plus, je prends un chocolat chot pour me réchauffer puis je file à l'auberge de jeunesse. Il est d'accord pour que je laisse mon sac mais je dois revenir après 16h00 donc je vais visiter le château. Très joli mais il y a des groupes et du monde partout et cette pluie qui n'arrête pas.

Lôn Las Cimru : I did it 6th day August 6th J'ai roulé ensuite jusqu'à BANGOR, toujours sous la pluie et là j'ai fais mettre les photos de ma carte mémoire sur un CD car je n'avais plus de place. J'ai ensuite pris le train en direction de CHESTER où je me suis arrêté 2 heures pour jeter un oeil au centre historique. C'était très joli mais d'un seul coup je me suis rendu compte que ma roue arrière était crevée. Heureusement que ça s'est passé en ville un jour où les magasins étaient ouverts. On me l'a réparé en 5 minutes et j'ai repris le train en direction de CARDIFF. Retour à CARDIFF, le lendemain matin je suis allé rendre mon vélo puis j'ai repris un train en direction de TOTNES, près de TORBAY pour passer le week-end chez Alex et Beata et leurs enfants Oliver et Oscar. Il a plu tout le week-end, le jardin n'était plus qu'une mare d'eau, la rivière débordait. On a quand même fait une promenade en forêt, histoire de prendre l'air mais sous la pluie. En tout cas avec Alex on passe toujours de très bons moments à refaire le monde, au Pub. Le dimanche matin, sur la route de l'aéroport, le soleil brillait dans un grand ciel bleu, évidemment ! ! ! !

2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (2)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (2)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (2)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (2)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (2)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (2)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (2)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (2)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (2)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (2)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (2)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (2)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (2)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (2)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (2)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (2)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (2)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (2)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (2)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (2)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (2)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (2)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (2)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (2)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (2)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (2)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (2)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (2)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (2)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (2)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (2)
Lire la suite

2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (1)

18 Mai 2015 , Rédigé par Fifou d'ailleurs

2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (1)

Lôn Las Cymru : I did it ! 1st Day August 1st Le 31 juillet, j'ai pris le vol FLYBE à destination de CARDIFF. Arrivée sous la pluie, mauvais présage pour une semaine de rando VTT à travers le Pays de Galles. J'ai passé la nuit au Backpacker de Neville street à Riverside. Dès le lendemain matin, j'ai pris le premieer train à 07h00 pour retrouver Paul de Afan Valley pour récupérer mon VTT de location équipé d'une sacoche arrière. http://www.afan-valley-bike-hire.com/ Paul est arrivé à la gare avec un camion plate-forme avec 4 ou 5 VTT, j'ai pris le premier venu, un Giant qui m'a semblé un peu lourd en comparaison de mon Commençal Parisien mais qui s'st révélé très bien pour le périple le long du Bike Trail N° 8. Quand je lui ai dis que j'avais l'intention de dormir ce soir à l'auberge de jeunesse de BRECON il a eu l'ai très sceptique et m'a demandé si c'était ouvert jusque tard dans la nuit......Après un doute, je reprends le train pour CARDIFF. Me voici donc en photo, prêt pour le départ, devant la gare centrale de Cardiff. J'ai prévu un petit pique-nique et derrière le sourire se cache quand même une petite angoisse. Plus de 450 Km, et 1.800 m de dénivelé positif, seul au coeur des parcs nationaux du pays de Galles, est-ce bien raisonnable ? Heureusement, ça commence très, très soft par une jolie promenade en sous-bois, le long de la rivière Taff pour sortir de Cardiff. Le Taff Trail mesure 55 miles (89 Km) jusqu'à Brecon et c'est une voie cyclable très agréable. Petite déception quand même, il s'agit bien de cyclotourisme alors que je pensais qu'il y aurait davantage de bosses et de terre comme lorsque nous faisons du VTT dans les forêts d'île de France. Jolie montée vers un château que je ne verrai qu'au retour et puis je me suis un peu perdu à CAERPHILLY avant de retrouver la route vers MERTHYR TYDFIL Pique-nique, juste au soleil, face à une vallée magnifique sous l'oeil bienveillant d'un troupeau de vaches curieuses avec leurs petits veaux. J'ai croisé quelques cyclistes, il fait beau, tout va bien. . J'arrive vers 16h00 à MERTHYR TYDFIL, jolie petite ville avec un étrange Manoir réalisé par un magnat du fer, le Cyfarthfa Castle. En quittant MERTHYR TYDFIL, ça grimpe dans la montagne, au milieu de paysages magnifiques de forêts avec de jolies cascades. C'est l'entrée dans le PARC NATIONAL DU BRECON BEACON. Puis on longe, sur un joli monotrace un lac artificiel situé dans un magnifique décor montagneux. Il y a beaucoup de digitales et autres fleurs dans les sous-bois. Je m'arrête souvent pour prendre une petite barre de céréales et je suis heureux de constater qu'à 17h30 il ne me reste plus qu'une dizaine de miles pour atteindre le village de Brecon où je passerai la nuit. Les paysages du Parc National de Brecon Beacon sont superbes. Le monotrace facile et agréable, par contre le "panier" (sacoche) à l'arrière me gêne car avec les chocs du terrain, elle se décroche sans cesse. Le long du second lac, je croise un VTTiste, on discute 5 minutes, il est très sympa et adore cet endroit également. Puis ce sont les derniers kilomètres jusqu'à Brecon, sous un soleil déclinant, j'arrive dans le petit village. Nuit à l'auberge de jeunesse, dans le dortoit il y a 2 autres VTTistes qui roulent depuis plus de 15 jours. Ils sont Anglais, c'est un oncle et son neveu. L'oncle à beaucoup ronflé la nuit....... Le petit déjeuner était magnifique dans la grande salle de l'auberge. Puis je récupère mon vélo et je me sépare de mes compagnons de chambre qui, eux descendent vers CARDIFF. De mon côté, je dois rejoindre BUITH WELLS. Je commence par m'arrêter longuement sur la route de LLANDEFAELOG car il y avait des mûres et des goseilles en profusion. J'ai ensuite vu de magnifiques lions qui ornaient une entrée monumentale d'un joli manoir, perdu en pleine nature. Je repense à la passion des Anglais pour les jardins, les parcs des manoirs étaient utilisés en été, dès le XVIIème siècle pour profiter de la nature, monter à cheval, chasser, en créant un décor paysager de fleurs et de massifs ornementaux. Il fait carrément chaud, je décide de pique-niquer près d'une rivière.

2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (1)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (1)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (1)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (1)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (1)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (1)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (1)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (1)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (1)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (1)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (1)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (1)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (1)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (1)
2008 Juillet Wales - Lôn Las Cymru (1)
Lire la suite

2007 décembre Repérage au Japon

18 Mai 2015 , Rédigé par Fifou d'ailleurs

2007 décembre Repérage au Japon

Avec Marie France, la directrice de l'Association des paralysés de France, nous montons un voyage pour des personnes en fauteuil roulant au Japon. Donc repérage sur les hôtels, restaurants, le bus et les lieux de visites pour vérifier l'accessibilité. Nous avons beaucoup voyagé ensemble et c'est toujours un grand plaisir car Marie France est adorable.

Retour à Takayama Cela faisait dix ans que je n'étais pas allé dans les Alpes Japonaises. J'adore Takayama, charmante bourgade aux vieilles maisons traditionnelles qui s'étend le long d'un puissant torrent. Bon, c'était un voyage professionnel pour visiter hôtels et restaurants pour un groupe qui va s'y rendre e octobre 2008. Nous sommes donc arrivés à Tokyo. Je ne me souvenais pas du pont de la Baie de Tokyo. En fait je n'aime pas beaucoup cette mégapole, vraiment surdimensionnée, je préfère Osaka, pour son ambiance. Pourtant Fancis adore Tokyo et Shinjuku pour la vie nocturne débridée. ET puis il y avait les illuminations de Noël, c'était très joli. Ensuite, nous sommes passés à Kamakura, voir le grand Bouddha, avant de continuer vers Hakne, le lac et les vues sublîmes sur le Mont Fuji. Là, il n'y a qu'un seul caniche qui soit réel... On a visité des dizaines d'hôtels et de restaurants, de quoi cauchemarder la nuit en rêvant de salles de bains d'hôtels....On terminait le travail vers 22h00, juste le temps de passer dans un Suchis-bar et d'engouffrer quelques suchis qui défilent sur leur petit tais roulant devant soi....Parfois encore, c'était une petite assiette de poissons crus, vraiment excellents au goût et plein d'oméga 3. Enfin, nous sommes arrivés à Takayama. Voilà, il y a donc 10 ans qui séparent ces 2 photos, prisent au même endroit, à peu près. La vie passe trop vite, parfois. A droite : C'était l'automne et ses couleurs merveilleuses, les vacances, l'insouciance. Maintenant à gauche, c'est l'hiver et la quarantaine bien sonnée, une certaine maturité sans doute mais l'âme d'enfant est toujours présente, c'est important. A Nara, il y avait toujours les groupes scolaires et les biches dans les parcs. Détail amusant, il y a 3 ans, une biche avait mangé la moitié de ma carte de Nara et la même chose s'est reproduite la semaine dernière.....Bon, j'essaierai de faire un autre post sur une visite magique : la forêt de bambous illuminée à Kyoto, c'était vraiment magnifique

2007 décembre Repérage au Japon
2007 décembre Repérage au Japon
2007 décembre Repérage au Japon
2007 décembre Repérage au Japon
2007 décembre Repérage au Japon
2007 décembre Repérage au Japon
2007 décembre Repérage au Japon
2007 décembre Repérage au Japon
2007 décembre Repérage au Japon
2007 décembre Repérage au Japon
2007 décembre Repérage au Japon
2007 décembre Repérage au Japon
2007 décembre Repérage au Japon
2007 décembre Repérage au Japon
2007 décembre Repérage au Japon
2007 décembre Repérage au Japon
2007 décembre Repérage au Japon
2007 décembre Repérage au Japon
2007 décembre Repérage au Japon
2007 décembre Repérage au Japon
2007 décembre Repérage au Japon
2007 décembre Repérage au Japon
2007 décembre Repérage au Japon
2007 décembre Repérage au Japon
2007 décembre Repérage au Japon
2007 décembre Repérage au Japon
2007 décembre Repérage au Japon
2007 décembre Repérage au Japon
2007 décembre Repérage au Japon
2007 décembre Repérage au Japon
2007 décembre Repérage au Japon
Lire la suite

2007 juillet Via Turanosis - St Jacques de Compostelle

18 Mai 2015 , Rédigé par Fifou d'ailleurs

2007 juillet Via Turanosis - St Jacques de Compostelle

~~2007 Juillet St Jacques de Compostelle Voici donc le but à atteindre d'ici le 01er juillet 2008, j'ai un an pour rejoindre St Jacques en VTT au départ de Paris, le 28 juillet, uniquement les week-ends et uniquement à la belle saison pour effectuer les 1.675 Km de la Via Turonensis, avec mon crédentiel, un magnifique challenge pour se retrouver en milieu de vie, seul face à Dieu, en pleine nature, sur le Camino légendaire. C'est aussi l'occasion de partager, d'échanger et communiquer avec d'autres pèlerins. De traverser des terres inconnues et de découvrir un magnifique patrimoine religieux. J'ai hâte de partir, après la Messe en la cathédrale Notre-Dame de Paris, à 08h00, le Samedi 28 juillet 2007. St Jacques, c'est parti ! ! ! Voilà donc, samedi 4 août, je pars pour effectuer le pèlerinage de St Jacques de Compostelle en VTT. Comme toujours, je suis en retard pour la messe à Notre-Dame à 08h00 puisque je quitte la maison par la Porte St Denis à 08h40. C'est sans doute à cause du dîner de la veille avec Y. et E. très sympa mais un peu trop arrosé, sans doute. Je décide de ne plus boire pour toute la durée du pèlerinage. Est-ce bien raisonnable ? En roulant sur le plateau Beaubourg, je m'arrête un instant devant le 77, rue St Martin, c'était mon premier appartement quand j'étais étudiant en Anglais à l'Institut Charles V, en 1981, j'avais 19 ans. Le petit studio du 3ème étage était très agréable. Je continu par la Tour St Jacques, toujours en restauration, mais qui commence à se dévoiler. Justement on en a parlé, hier, avec E. il était persuadé qu'elle avait brûlé, je lui ai confirmé qu'elle avait été détruite sur les ordres du Baron Haussmann pour percer la rue de Rivoli et qu'une manifestation des parisiens avait permis de sauver le clocher de St Jacques la boucherie, l'actuelle Tour St Jacques. Etait-ce vraiment un lieu de rendez-vous des pèlerins ? J'en doute. Enfin, j'arrive à Notre-Dame, la messe vient de se terminer, bon je prends quand même le temps de m'assoir pour penser un peu à ce que je m'apprête à effectuer : 1750 Km en VTT de Paris à St Jacques de Compostelle. Pourquoi ? La première raison qui me vient à l'idée, c'est à cause du tourisme. Je pense écrire sur les échanges socio-culturels, les retombées financières et les relations hôtes-pèlerins. L'identité et l'image du territoire se trouve modifiée en devenant une "étape du chemin de St Jacques". Il y a des enjeux pour le monde rural, quelles sont les possibilités réelles de développement touristique à partir des chemins de St Jacques ? Mais en fait, un pèlerinage, c'est d'abord et avant tout, une démarche individuelle, une quête spirituelle, une recherche de soi. Je m'interroge. Que vais-je trouver ? Sans doute, les centaines d'heures passées sur une scelle de vélo sont-elles propices à la méditation sur le sens de la vie, sur les millions de pèlerins qui sont passés avant. J'espère que mes amis et ma famille seront en bonne santé et heureux pendant mon pèlerinage et je quitte Notre-Dame. Il est 09h20 quand je traverse le petit pont et que je remonte la rue St Jacques jusqu'à la Porte d'Orléans. En passant devant le 316, rue St Jacques, je pense à mes ancêtres Bretons, débarqués au XIXème siècle de Merdrignac, les deux frères avaient loués un appartement dans cet immeuble. L'un était devenu gendarme, l'autre garçon de café. Je passe la Porte d'Orléans vers Bourg la Reine et Antony. C'est amusant, on a l'impression de remonter le temps sur la ligne droite que je parcours, car j'ai vécu à Bourg la reine - l'Haÿ-les-Roses et je suis né à Antony. Je traverse donc Antony pour rejoindre Massy. Là, je vois un randonneur, bâton à la main mais avec un sac à dos conséquent, serait-ce un autre pèlerin ? Donc le premier jour, c'est dur parce que même si je vais travailler tous les jours en vélo, je ne fais que 6,5 Km allé et la même chose au retour. Donc, en milieu urbain et plat, j'ai enchaîné 3 étapes des "marcheurs", sur l'excellent site de VTT pour St Jacques : http://perso.orange.fr/vtt.compostelle/ qui m'a inspiré ce périple, l'auteur écrit que par contre, en terrain accidenté on doit se limiter à 2 étapes de "marcheurs" en une journée. 1ère étape samedi 4 aout Paris-Massy (19 km) 2ème étape samedi 4 aout Massy-Arpajon (25 km) 3ème étape samedi 4 août Arpajon-Etampes (27 km) Je me rends compte rapidement que j'ai oublié mes lunettes de vélo et que mon sac à dos est trop volumineux. Première leçon, ne pas prévoir la nourriture, il va falloir dépendre des opportunités du chemin pour trouver à se nourrir. Deuxième leçon, je suis obligé de demander mon chemin assez souvent, je me suis même perdu, donc c'est la dépendance vis à vis des autres qui permet d'avancer sur le chemin. Même avec un bon guide et en étant sûr de soi, on dépend toujours des autres pour trouver le bon chemin. Ça fait un peu philosophie de comptoir mais quand on est pendant 6 heures sur sa scelle de vélo, on réfléchit "basic". Je vois de jolies petites églises en chemin et de petites communes de grande banlieue sud assez sympas, je continue jusqu'à Arpajon. Ce qui n'est pas rigolo sur cette partie du chemin, c'est de faire du slalom avec la RN20 pour l'éviter à tout prix, bien entendu. Je trouve que le guide "Lapere" est assez nul et confus dans ses explications par endroits, en particulier à Montlhéry, c'est très mal fait. A 12h30, je piquenique à la Ville du Bois, je n'amènerai plus à manger, c'est vraiment se charger inutilement, juste de l'eau, dans mon "Camel bag", après tout il y a toujours des boulangeries ou des petits commerces ouverts et ça permet de multiplier les contacts avec les habitants plutôt que de traverser leurs communes comme une boule de billard...... Voici l'église d'Arpajon. Je connaissais la Foire aux haricots de réputation mais, c’est bien tout. J'ignorai que la ville s'appelait Châtres sous Montlhéry jusqu'en 1720, date à laquelle elle a été achetée par le Marquis d'Arpajon, originaire du Cantal et que pendant la Révolution, elle s'est appelée brièvement Franc val. C'est assez joli. Juste après Egly, je passe devant le joli domaine des Ville louvettes, c'est un beau château qu'il doit être possible de privatiser pour des fêtes ou des mariages, j'imagine. Je continue dans des valons boisés, par des petites routes (mais toujours pas de chemins de terre en sous-bois) jusqu'au charmant village de St Sulpice de Favières. C'est magnifique, la vieille église et le drapeau devant le "point poste" de la mairie, derniers kilomètres avant Etampes, courage ! St Jacques (2) A Etampes, je suis étonné de trouver une très jolie petite ville avec plein d'églises. Par contre j'ai trouvé un hôtel à 60 €, c'est très cher, en passant devant la gare, je trouve un café-hôtel-restaurant "de la gare" à 50 €, je prends une petite chambre mais je me pose des questions sur le "budget" il faut que je puisse dormir pour moins cher que ça. Après une bonne douche, je fais un tour en ville, au presbytère, pour faire tamponner mon Crédentiel, c'est un petit document à volets que j'ai obtenu à l'association des Amis de St Jacques de la rue de Sévigné, près de la Place des Vosges. Premier tampon, je suis un peu ému, je trouve des jeunes de l'association "Remparts" qui restaurent un vieux lavoir et m'aident à trouver le prêtre qui a les clefs du bureau. Ils me disent : "hier, il y a un autre pèlerin qui a passé la nuit". Première surprise, je suis donc assimilé au peuple des "pèlerins", je ne suis pas un randonneur, un Vététiste ou autre mais un "pèlerin", deuxième surprise, on peut dormir gratuitement au presbytère qui a 5 ou 6 chambres, évidemment, c'est énervant de l'apprendre après avoir payé sa chambre d'hôtel 50 €. Dans Etampes, en ce début août, tous les français "de souche" sont en vacances et c'est amusant car 80% des habitants que je croise sont maghrébins, je pense que les vacances restent un "luxe" inaccessibles à beaucoup. Et puis, à Etampes, il y a la Tour Guillemette dont je fais le tour après dîner. Philippe Auguste a épousé en secondes noces (après le décès de sa première femme, Isabelle de Hainaut) Indeburge du Danemark, le Roi l'a épousé le jour de son arrivée à Amiens, mais le lendemain de la nuit de noce, il l'a répudié et fait enfermer 10 ans dans la Tour Guillemette d'Etampes, avant de la reprendre comme épouse, sous la pression du pape Innocent III. Que s'est-il passé au cours de cette nuit de noce ? Je n'ai pas trouvé la réponse sur le Net. Le lendemain, je démarre très tôt; à 07h00. L'itinéraire pour ce 2ème jour : 4ème étape dimanche 5 août Etampes-Angerville (25 km) 5ème étape dimanche 5 août Angerville-Artenay (36 km). J'ai dû mal à trouver la route à la sortie d'Etampes. Je demande mon chemin à un patron de bar alcoolique qui ouvre son bistrot, le balai à la main. Moi : "S'il vous plait pour aller à Guillerval ?". Il réfléchit, bougonne, Guillerval, Guillerval, ça dure bien 2, 3 minutes et puis d'un seul coup, il lâche : " C'est tout droit, vous pouvez pas vous tromper". Tout ça, pour ça ! ! ! On croit rêver. Bon, en route pour Guillerval. Je prends de chouettes sentiers en sous-bois, très agréables quand il fait beau et justement il fait même très chaud, ça a été le seul beau week-end de l'été en région Parisienne ! Je trouve des mûres, magnifiques et ma gourmandise me pousse à m'arrêter une bonne demi-heure, elles sont très bonnes. Je pense à la nature nourricière et généreuse, bon c'est facile, encore de la philosophie de comptoir, mais l'agriculture intensive et industrieuse avec tous les problèmes qui se posent, devrait nous encourager à consommer Bio et à se rapprocher de la nature. J'ai une dizaine de brugnons dans mon sac, c'est lourd et en plus ils ne sont pas très bons, je les donne à des chevaux dans une propriété de la région. Il faut partager et ne pas trop se charger, on dépend toujours des autres. Je traverse la Beauce et ses étendues d'une platitude légendaire. Il fait très chaud, je sais que je n'atteindrai pas Orléans, comme prévu, je me renseigne sur les trains au départ d'Artenay. Arrivé à Artenay, je croise une curieuse ligne de train à 5 m du sol, à l'abandon. C'est le projet d'aérotrain des années 70, les dizaines de kilomètres de la voie suspendue ne seront pas détruits car cela coûte trop cher, mais c'est très laid dans le paysage. Retour à paris, je suis épuisé ! St Jacques (3) Le samedi 18 août, je prends le train de Paris-Austerlitz à midi pour Artenay. Là, c'est l'église de Toury, juste avant Artenay, elle était magnifique avec son avancée en pierre (alors que les autres avaient une avancée en bois, qui a été détruite avec le temps). Je décide d'aller jusqu'à Beaugency ou même peut-être Blois. 6ème étape samedi 18 août Artenay-Orléans (26 Km) 7ème étape samedi 18 août Orléans-Beaugency (29 km) 8ème étape samedi 18 août Beaugency-Suèvres (21 km) 9ème étape samedi 18 août Suèvres-Blois (15 km) Juste encore un mot sur l'église d'Artenay, il y a au mur, une plaque commémorative d'un certain Charles GIBIER et c'est complètement incroyable : il est né pendant une nuit de Noël et il est mort un Vendredi Saint, quel étrange hasard, c'est incroyable, non ? J'ai photographié la plaque sinon, vous ne me croiriez pas....... Donc j'arrive très vite à Orléans, vers 14h20 et je continue le long de la Loire sur le GR3 c'est très agréable, très plat et donc ça va très vite. J'arrive à Beaugency vers 17h00, je pense continuer jusqu'à Blois pour y passer les nuits. Sur le petit chemin qui longe le fleuve, mon téléphone sonne, c'est Y qui a voulu me faire la surprise et m'attends à l'Auberge de Jeunesse de Beaugency, cela me fait extrêmement plaisir, je luis dis que je suis en route vers Blois, on décide de se retrouver devant le château. Du coup, je pédale encore plus vite pour ne pas le faire trop attendre. On prend un verre et une petite pizza puis il rentre à Paris et moi je vais dormir à l'Auberge de Jeunesse de Blois, qui est à 5 Km à l'extérieur, sur la route de Tours. J'arrive à 22h00, la dame n'est pas très aimable, il y a 5 ou 6 espagnols, garçons et filles qui sont venus en voiture. St Jacques (4) Il pleut, il pleut toute la matinée sur la route de Tours, je décide de ne pas m'enfoncer dans les chemins de terre (trop boueux) et de rester sur la départementale qui longe la Nationale et la Loire. Je m'arrête à plusieurs reprises car la pluie redouble d'intensité et je n'ai pas de vêtements de pluie, bien entendu. Du coup, je n'ai pas le tampon de Blois car je suis arrivé trop tard. En chemin toutes les églises sont fermées, curieux pour un dimanche matin ! Pas de temps, donc, j'attendrai Tours. 10ème étape dimanche 19 août Blois-Amboise (45 km) 11ème étape dimanche 19 août Amboise-Tours (28 km) En dépassant Amboise, légère accalmie, j'en profite pour pique-niquer, je me souviens avoir dormi à Amboise avec un groupe d'étudiants étrangers du CROUS, dont j'étais accompagnateur. H. étudiant Canadien en Criminologie l'avait rebaptisé "Angoisse" parce que tout était fermé le soir, nous avions sympathisé, il trouvait que le bruit des feuilles mortes, quand on les brasse avec les pieds, en marchant dedans, ressemblait au bruit des vagues de la mer, c'est assez exact, effectivement. Avant Tours, je m'arrête à Montlouis et je déguste ce vin, "capiteux au goût de pierre à fusil" cette description du guide Le père avait aiguisé ma curiosité, quel peut-être le goût de la pierre à fusil ? J'ai choisis un moelleux, excellent, j'en ai acheté une bouteille (heureusement je n'ai plus que 13 Km pour arriver à Tours) mais le train part dans une heure et demi, je ne dois pas traîner.

Dernière étape à travers bois jusqu'à Poitiers. Là j'attendais le prêtre d'une petite église pour qu'il tamponne mon crédentiel et nous avons discuté avec une dame qui avait le chemin de St Jacques à pied, nous avons tellement parlé jusque tard dans la soirée et après j'ai compris que je n'avais pas besoin d'aller plus loin sur cette route et j'ai rebroussé chemin.

2007 juillet Via Turanosis - St Jacques de Compostelle
2007 juillet Via Turanosis - St Jacques de Compostelle
2007 juillet Via Turanosis - St Jacques de Compostelle
2007 juillet Via Turanosis - St Jacques de Compostelle
2007 juillet Via Turanosis - St Jacques de Compostelle
2007 juillet Via Turanosis - St Jacques de Compostelle
2007 juillet Via Turanosis - St Jacques de Compostelle
2007 juillet Via Turanosis - St Jacques de Compostelle
2007 juillet Via Turanosis - St Jacques de Compostelle
2007 juillet Via Turanosis - St Jacques de Compostelle
2007 juillet Via Turanosis - St Jacques de Compostelle
2007 juillet Via Turanosis - St Jacques de Compostelle
2007 juillet Via Turanosis - St Jacques de Compostelle
2007 juillet Via Turanosis - St Jacques de Compostelle
2007 juillet Via Turanosis - St Jacques de Compostelle
2007 juillet Via Turanosis - St Jacques de Compostelle
2007 juillet Via Turanosis - St Jacques de Compostelle
2007 juillet Via Turanosis - St Jacques de Compostelle
Lire la suite

2007 Juillet Autriche & Croatie

15 Mai 2015 , Rédigé par Fifou d'ailleurs

2007 Juillet Autriche & Croatie

En juillet 2007 avec ma mère nous sommes allés 2 semaines de Vienne à Dubrovnik en passant par Graz, Zagreb, les parcs nationaux de Plitvice et de Bra ainsi que les villes côtières de Zadar, Split et Dubrovnik. Nous avons fini par quelques jours de repos à la plage sur l’île de Hvar. J’ai beaucoup aimé la Croatie, les gens sont très sympathique, ce n’est pas cher du tout et très joli tant au niveau des paysages que des monuments. Par contre les russes investissent massivement sur le littoral et commencent à bétonner avec des hôtels-usines assez laids du côté de Mararska.

2007 Juillet Autriche & Croatie
2007 Juillet Autriche & Croatie
2007 Juillet Autriche & Croatie
2007 Juillet Autriche & Croatie
2007 Juillet Autriche & Croatie
2007 Juillet Autriche & Croatie
2007 Juillet Autriche & Croatie
2007 Juillet Autriche & Croatie
2007 Juillet Autriche & Croatie
2007 Juillet Autriche & Croatie
2007 Juillet Autriche & Croatie
2007 Juillet Autriche & Croatie
2007 Juillet Autriche & Croatie
2007 Juillet Autriche & Croatie
2007 Juillet Autriche & Croatie
2007 Juillet Autriche & Croatie
2007 Juillet Autriche & Croatie
2007 Juillet Autriche & Croatie
2007 Juillet Autriche & Croatie
2007 Juillet Autriche & Croatie
2007 Juillet Autriche & Croatie
2007 Juillet Autriche & Croatie
2007 Juillet Autriche & Croatie
2007 Juillet Autriche & Croatie
2007 Juillet Autriche & Croatie
2007 Juillet Autriche & Croatie
2007 Juillet Autriche & Croatie
2007 Juillet Autriche & Croatie
2007 Juillet Autriche & Croatie
2007 Juillet Autriche & Croatie
2007 Juillet Autriche & Croatie
2007 Juillet Autriche & Croatie
2007 Juillet Autriche & Croatie
2007 Juillet Autriche & Croatie
2007 Juillet Autriche & Croatie
2007 Juillet Autriche & Croatie
2007 Juillet Autriche & Croatie
2007 Juillet Autriche & Croatie
2007 Juillet Autriche & Croatie
2007 Juillet Autriche & Croatie
2007 Juillet Autriche & Croatie
Lire la suite

2007 mars à juin The American way

15 Mai 2015 , Rédigé par Fifou d'ailleurs

2007 mars à juin The American way

Voilà, je suis rentré d'un long séjour de 2 mois et demi dans l'Ouest Américain. J'ai guidé et accompagné plusieurs groupes qui se sont bien enchaînés. Entre deux, j'ai pu rester 3 jours à Los Angeles, dans Hollywood et profiter un peu de la ville. Pour beaucoup de touristes, Bryce Canyon est le Parc National qu'ils préfèrent, à cause des couleurs, de la lumière et de la fragilité apparente des "Hoodoos". La nature a vraiment créée là une véritable merveille, extrêmement spectaculaire. Le second parc préféré des Français reste le majestueux Grand Canyon. Là, c'est la grandeur, la majestuosité du site qui impressionne et puis le survol en hélicoptère permet de mieux apprécier le prodigieux travail d'érosion du fleuve Colorado. J'adore les petits déjeuners américains. Hyper complets, avec les omelettes ou oeufs brouillés (scramble eggs), les pancakes avec le sirop d'érable, les gaufres (waffles) à faire soi-même, et pour les non-végétariens, les saucisses, bacon et autres viandes. D'une façon générale, on peut dire que les Américains adorent le sucre, sous toute ses formes. Mais on connait le résultat dramatique sur leur physique et leur santé. Graisse + sucre = kilos. L'obésité est un vrai problème dans ce pays et les groupes de français ont des physiques filiformes comparés aux statures américaines. Sur les plages, on trouve de jolies cabines très colorées pour les maîtres-nageurs, c'est sympa et rassurant. Cependant, vu la température de l'eau, il y a peu de monde qui se baigne dans le Pacifique, les plages sont davantage utilisées comme terrain de jeu pour les sports de glisse et les contre-allées des plages pour les rollers, le jogging, le moutain-biking, et tous les sports. En Californie, le culte du corps est une réalité quotidienne.

2007 mars à juin The American way
2007 mars à juin The American way
2007 mars à juin The American way
2007 mars à juin The American way
2007 mars à juin The American way
2007 mars à juin The American way
2007 mars à juin The American way
2007 mars à juin The American way
2007 mars à juin The American way
2007 mars à juin The American way
2007 mars à juin The American way
2007 mars à juin The American way
2007 mars à juin The American way
2007 mars à juin The American way
2007 mars à juin The American way
Lire la suite

2007 février Brésil

14 Mai 2015 , Rédigé par Fifou d'ailleurs

2007 février Brésil

Retour au Brésil, une petite semaine sur la côte verte, à Paraty, en compagnie de Marlon Rios.

Visites, promenades et plage juste après le carnaval.

2007 février Brésil
2007 février Brésil
2007 février Brésil
2007 février Brésil
2007 février Brésil
2007 février Brésil
2007 février Brésil
2007 février Brésil
2007 février Brésil
2007 février Brésil
2007 février Brésil
2007 février Brésil
2007 février Brésil
2007 février Brésil
2007 février Brésil
Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>