Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Voyages, rencontres & aventures

2002 mars Cambodge & Vietnam

11 Avril 2015 , Rédigé par Fifou d'ailleurs

2002 mars Cambodge & Vietnam

Nous profitons d’une promotion Vietnam Airlines du 29 mars au 08 avril pour aller à Phnom Penh et Siem Raep avant de finir par trois jours à Saïgon. Visite des tunnels de Cu Chi avec Singh Café, journée en bateau dans le delta du Mékong, l’ancien Palais présidentiel avec sa déco années 60, le musée des atrocités américaines durant la guerre. Nous voyageons avec les moyens locaux, mangeons des phos dans les rues.

2002 mars Cambodge & Vietnam
2002 mars Cambodge & Vietnam
2002 mars Cambodge & Vietnam
2002 mars Cambodge & Vietnam
2002 mars Cambodge & Vietnam
2002 mars Cambodge & Vietnam
Lire la suite

2002 mars Japon

11 Avril 2015 , Rédigé par Fifou d'ailleurs

2002 mars Japon

Du 27 février au 5 mars, je m’échappe sur la Korean pour Fukuoka. Découverte du Kyushu et de Kumamoto. Je passe quelques jours dans un ryokan (auberge traditionnelle) au Mont Aso. Les paysages sont sublîmes, c'est une région volcanique, très riche en onsens.

2002 mars Japon2002 mars Japon
2002 mars Japon2002 mars Japon
2002 mars Japon2002 mars Japon2002 mars Japon
Lire la suite

2001 décembre Îles Cook & Nouvelle Zélande

11 Avril 2015 , Rédigé par Fifou d'ailleurs

2001 décembre Îles Cook & Nouvelle Zélande

Pour passer le réveillon du Nouvel an, je suis retourné pour la quatrième fois en Nouvelle Zélande. J'adore la Nouvelle Zélande parce que les gens sont très respecteux de la nature, ils ont du sublîmes parcs nationaux, mais aussi pour la diversité des paysages. Sur l'île du sud, il est possible de faire du kayak de mer dans un lagon coralien et marcher dans la neige, quelques heures plus tard, au sommet du Mont Cook. Donc en parlant du célèbre navigateur, j'ai eu l'idée de passer le réveillon dans ce petit archipel, c'était effectivement une excellente idée. Au décollage d'Auckland, l'hôtesse précise l'heure d"'arrivée aux Cook pour ......la veille.....Et oui, ligne de changement de date oblige, on arrive donc avant d'être parti. A l'aéroport international de Rarotonga, le proprio de la guest house que j'avais réservé par Internet m'attendais. Il me fait patienter dans la voiture avec son épouse, après avoir échangé quelques mots d'hébreu avec elle. Je lui demande s'il est Israélien. Visiblement embarassé et surpris que j'ai reconnu sa langue, il répond que oui et se justifie immédiatement en disant qu'il a quitté Israël à cause de l'insécurité d'une part et de son désaccord avec la politique de Sharon, d'autre part. L'auberge est très coquette et en plus il y a des vélos qu'ils louent pour se déplacer dans l'îe. Les jours suivants, j'ai fais de grandes balades le long de la côte et même la traversée complète de l'ile en escaladant le morne central. Les plages sont superbes, je n'ai pas plongé avec bouteille mais je me suis contenté d'explorer les récifs coraliens avec un masque et un tuba. On a vraiment le sentiment d'avoir la tête dans u aquarium avec des milliers de poissons multicolores qui nagent autour de soi. Les îles Cook ont un certain degré d'indépendance par rapport à a Nouvelle Zélande, il y a donc un parlement local. Je suis resté sur l'île principale, le 31 décembre, il faisait une chaleur étouffante de 38°, j'ai passé la journée à la plage en pensant à mes compatriotes qui devaient avoir un peu moins chaud. Les îles Cook sont à quelques encablures de la Polynésie Française mais le niveau de vie est très abordable, aucune comparaison avec Tahiti, ses tarifs défiants toute concurrence et le service hôtellier catastrophique. La France sous les tropiques, très peu pour moi, on y est déjà toute l'année alors pas question d'y passer ses vacances. Et puis j'ai visité une ferme de culture des perles noires, j'en avais déjà vu à Rangiroa, aux Tuamotous, en Polynésie Française. Là, c'est très intéressant car tout le processus est expliqué, sauf le "coup de main" pour glisser le grain de sable sous le manteau de l'huître car c'est un des secrets du savoir-faire qui ne peut être expliqué. Mais les îles Cook sont surtout réputées pour leurs danses, ce sont les meilleur danseurs(euses) du Pacifique Sud. Le soir du 31, je suis donc allé dans un hôtel de luxe, voir un spectacle de danses, c'était assez décevant, très touristiques bien entendu. Le premier janvier, il y avait un brunch organisé dans un superbe resto avec une grande terrasse au centre-ville. J'y suis allé en vélo, sous la pluie. Grand buffet de fruits de mer, la mer avait des couleurs incroyables entre le vert mousse et le bleu délavé avec un ciel déchiré de rayons solaires. Puis je suis reparti pour 2 semaines en Nouvelle Zélande.

2001 décembre Îles Cook & Nouvelle Zélande2001 décembre Îles Cook & Nouvelle Zélande
2001 décembre Îles Cook & Nouvelle Zélande2001 décembre Îles Cook & Nouvelle Zélande2001 décembre Îles Cook & Nouvelle Zélande
Lire la suite

2001 novembre Réunion & Maurice

11 Avril 2015 , Rédigé par Fifou d'ailleurs

2001 novembre Réunion & Maurice

Nous partons avec ma mère 2 semaines à l'île de la Réunion et l'île Maurice.

Nuit aux Aigrettes à St Gilles, quelques jolies randonnées à Cilaos, survol en hélico et découverte de l'incroyable mer de sables volcaniques au Piton de la Fournaise. Les chutes d'eau du voile de la mariée et les plantations de manguiers sont superbes.

Les paysages sont superbes, d'une grande richesse, puis quelques jours farniente sur la plage à l'île Maurice mais aussi visite de la colline des couleurs à Chamarel, des chutes d'eau et du jardin botanique à Pamplemousse.

2001 novembre Réunion & Maurice2001 novembre Réunion & Maurice
2001 novembre Réunion & Maurice2001 novembre Réunion & Maurice
Lire la suite

2001 juillet grand tour du Pacifique Sud

11 Avril 2015 , Rédigé par Fifou d'ailleurs

2001 juillet grand tour du Pacifique Sud

Cela faisait très longtemps que je rêvais de découvrir ces confettis d'îles. Mon cousin Jean Pierre habitant en Nouvelle Calédonie, je prends un vol Air New Zealand de Londres qui autorise 3 stops par trajet. Je visite donc La Nouvelle Zélande, le Vanuatu, les Fidjis, le Tonga, la Nouvelle Calédonie et j'en profite pour faire un stop à Los Angeles au retour.

Vanuatu : Cérémonie du Kava L'été 2001, je suis parti pour un grand périple d'un mois et demi dans le Pacifique Sud. J'ai commencé par la Nouvelle Calédonie où habite mon petit cousin Jean Pierre et sa copine Aude, puis le Vanuatu, la Nouvelle Zélande, les Tonga et les Fidji. Je peux dire sans me tromper que j'ai nettement préféré le Vanuatu. La capitale, Port Vila, sur l'île d'Efate est une petite ville très agréable, mais je suis surtout resté sur l'île de Espiritu Santo pour deux raisons : La première, c'est la plongée car on y trouve l'épave du M/S Président Cooleridge, la plus grande épave visitable au monde. Un fabuleux vaisseau qui fera l'objet d'un petit article à lui tout seul. La seconde, ce sont les habitants d'une gentillesse incroyable. J'ai toujours circulé en auto-stop et dès qu'un véhicule apperçoit un auto-stoppeur, il s'arrête immédiatement. Il existe des "trous d'eau" profond aux reflets émeraudes, en pleine jungleque les habitants appellent "Blue holes" tout simplement. Lorsque celui-ci est sur un terrain privé, à l'entrée du chemin de terre il convient de se plier aux Kustoms en glissant un peu d'argent dans une sorte de boîte aux lettres prévu à cet effet. Il y a de superbes ballades à faire aussi bien sur le littoral, jusqu'à Champagne beach par exemple, qu'à l'intérieur de l'île. Aux alentours du 19 juillet se tiennent les célébration de la fête nationale qui célèbre l'indépendance du pays. Avant l'indépendance, les "Nouvelles Hébrides" étaient sous la coupe des Français ET des Anglais, d'où leur langue franglais actuelle. Un garçon d'Efate m'a dit que les habitants, en voyant côte à côte les portraits de Napoléon III et de Victoria, pensaient qu'ils étaient comme mari et femme. A l'occasion des festivités nationales, on boit beaucoup de Kava. La Kava est une boisson psychotrope obtenue à partir des racines d'une espèce de poivrier, le piper metysthicum. Cette boisson n'est pas alcoolisée, son effet est d'engourdir la bouche, la langue et la machoîre exactement comme après une anésthésie locale chez le dentiste, on ne sent plus rien. Cette boisson est préparée au Vanuatu par des garçons ou de jeunes hommes encore vierges qui mâchent les racines de Kava préalablement lavées et recrachent la pulpe dans un tissu en bourre de coco. Le jus est filtré et "coupé" avec de l'eau. Le Kava n'est bu que par les hommes (il faut être circoncis pour être un homme, ce qui est mon cas donc pas de problèmes), et uniquement en soirée. Traditionnellement, il était consommé dans les réunions entre clans, par les chefs de tribus. Son aspect ressemble à de la boue, son gôut est assez infâme, avec 2 ou 3 coupes ("shells" - il s'agit d'une demi coque de noix de coco) on a la bouche totalement insensibilisée. Pour les fêtes de l'indépendance, il y a des petits stands de kava et de nourriture sur de grandes pelouses, On m'a invité à boire le Kava, impossible de refuser sans véxer. Au début, il faut se forcer, c'est très mauvais, puis on ressent un effet de bien-être. Les soirs suivants, je me payais moi-même une ou deux shells de Kava et j'en offrais à mes voisins de comptoir. Le Kava est quand même un stupéfiant, c'est sans doute le seul narcotique légal au monde mais il n'a aucun effet secondaire, n'est pas naucif pour la santé, il ne provoque aucune accoutumance et il possède des vertues curatives. Etant donné que pendant ces festivités, peu de véhicules circulent, je me suis trouvé "bloqué" 2 jours dans un village du nord d'Espiritu Santo. J'ai été logé par le chef du village et j'ai pu assister à toutes les cérmonies, ainsi qu'un concert des jeunes du village. C'était vraiment très sympa, je recommande vraiement le Vanuatu, si vous cherchez l'aventure et la découverte d'un peuple accueillant.

Vanuatu : Tribus, Kustom et Blue Holes Voici donc la suite du voyage au Vanuatu. Dans certaines îles, les tarditions demeures et les hommes portent juste l'étui pénien en guise de tout vêtement. Malgré leur air farouche, les habitants sont très accueillants et offrent l'hospitalité aux étrangers qui voyagent dans la région. Pendant mon séjour, je n'ai quasiment croisé aucun touriste, si ce n'est un couple d'Australiens avec qui j'ai plongé sur l'épave du croiseur, le Président Coolidge. Pendant la guerre du Pacifique, le bras de mer de Luganville Espiritu Santo était couvert de mines flottantes. Le 26 octobre 1942, après avoir signalé la présence du navire, le commandant du vaisseau n'a pas eu la patience d'attendre le bateau-pilote pour slalommer entres les mines. Il a pensé que le bras de mer de droite n'était pas miné, après 3 explosions et l'impossibilité de ralentir la course de croiseur, il a voulu échouer le Pdt Coolidge. Le bateau est "monté" sur la rive en corail dur avant de redescendre dans l'eau. La poue est à 3 m de profondeur, la poupe à 70 m. Le bateau mesure plus de 300 mêtres de long, les 5.000 soldats (sauf 1)ont été sauvés. L'intérieur est très luxueux car c'était un bateau de croisières réquisitionné pour le transport de troupes. Cabines des officiers, suites avec cheminées, hopital tout équipé, salle des machines, batteries anti-aériennes, plusieurs jeeps et camions militaires et même salon de coiffure. Les jeunes sont aussi très sympas et ils parlent parfois un peu le français car il y a une branche de l'Alliance Française. Pour les fêtes de célébration de l'indépendance, il y ade grands rassemblements des tribus qui organisent des sortent de mini-olympiades. C'est également l'occasion de jeux, musiques et danses. Et donc, un peu partout, on trouve ces fameux Blue holes qui permettent la baignade dans un cadre verdoyant de jungle. Les abords sont toujours aménagés avec un ponton ou une aire de pique nique. Ce sont des lieux vraiment magiques, très calmes. Au début on hésite à plonger dans cette eau à la couleur iréelle mais la chaleur tropicale humide est telle que l'attrait de la fraîcheur est plus fort. Mais pour se baigner, il y a surtout les magnifiques plages. Après pas mal de voyages, je dois dire que considère Champagne Beach comme la plus belle plage où j'ai eu le plaisir de me baigner. Son nom provient de l'eau, finement écumante et frémissante losrsqu'elle touche le sable.

Nouvelle Zélande : multitude de paysages. Je suis allé 4 fois en Nouvelle Zélande, donc inutile de préciser, j'adore ce pays. Tout d'abord c'est calme, rural et les Kiwis ont gardés le bon côtés des Anglais. L'île du nord (île fumante) est très fière de ses habitants d'origine, les Maoris. Ici, contrairement à l'Australie, on les a moins massacrés que les Aborigène et on les respecte beaucoup plus. Est-il besoin de rappeler qu'en Australie, les aborigènes qui travaillaient avaient besoin jusque dans les années 80, d'un "tuteur" Blanc pour encaisser leur salaire sur son compte et leur redistribuer "à discrétion".....On croit rêver. En plus les Australiens se font du fric avec des boutiques d'artisanat Aborigènes à tous les coins de rues, tenues par des Aussies blondinettes. Pour finir de cracher mon venin sur l'Australie, je dirai que vu les distances, il faut faire plusieurs dizaines d'heures de bus pour espérer un changement de paysage, c'est extrêmement monotone. La Nouvelle Zélande, c'est tout le contraire. L'île du Sud (île de Jade) est aussi très belle, on y trouve le Mont Coof avec ses tunnels dans les glaciers mais cela fera l'objet d'un Post distinct, tellement il y a à dire. Je me contenterai de parler du Parc National d'Abel Tasman. Imaginez une forêt vierge humide tropicale, le long d'une mer vert émeraude avec des criques de sable blanc. Un véritable Eden. Le bateau vous lâche où vous voulez et vous rentrer par le chemin en pleine forêt avec des vues superbes sur le littoral. Il est aussi possible de faire du cabotage en kayak de mer, c'est génial. Et puis il y a ROTORUA, c'est le centre MAORI le plus touristique, il y a une sorte d'éco-musée dans un village traditionnel avec des geysers, des eaux bouillonnantes et des mares de boue en fusion. On peut se baigner à la Polynesian Pool avec ses bassins en plein air de différentes températures, ça fait très Onsen Japonais. C'est chouette. On y mange hyper bien, des assiettes composées Bio et très souvent végétariennes (le pied, je suis végétarien). Les Maoris ont cette habitude ancestrale pour faire peur à leurs ennemis d'écarter les jambes, de tirer la langue et de faire les gros yeux comme s'ils allaient sortir de leurs orbites en poussant un cri puissant. Ils font cela par surprise, d'un coup et c'est effectivement très impressionnant. Vous avez sans doute vu les All Blacks faire ça sur un terrain de rugby avant un match. Et pas très loin de ROTORUA, il y a une grotte assez vaste qui se termine par une ballade en bateau sur une rivière souterraine et le plafond de la grotte est couvert de millions de lucioles, c'est la grotte de WAITOMO. C'est très sympa à voir et c'est sur le chemin entre Rotorua et Auckland. Auckland en soi est très sympa, un peu provinciale mais cool. Il y a quelques bars branchés et on peut faire du saut à l'élastique depuis la Auckland Tower. Il faut absolument dormir à l'Auberge de jeunesse du centre ville, il y a une terrasse qui offre une vue panoramique sur toute la ville. En chambre indépendante, on paie juste 20 Euros et c'est d'une propreté irréprochable. Sinon il existe à travers tout le pays, quantité de Backpackers, style Australien, c'est vraiment très économique pour voyager en Nouvelle Zélande. Ca c'est PARNEL, le quartier branché d'AUCKLAND. On y trouve de somptueux restaurants, des pianos bars et discothèques. Ce ne sont que des petites maisons, super agréable mais un peu cher quand même pour sortir le soir. Et puis il y a une randonnée magnifique à réaliser, c'est la traversée du TONGARIRO. C'est un volcan au cœur de l'île du nord. Ca commence gentiment par une montée au milieu de pierrailles, un peu comme l'intérieur de l'Islande, style haut plateau avec des brûmes et des mousses, lichens partout. Puis ça grimpe franchement et on sent la fraîcheur (au début de la rando, il faisait 32° C). Arrivé au sommet, on est perdu dans le brouillard, je ne voyais plus rien et il s'est mis à neiger ! ! ! ! Et puis dans un trou de nuage on a vu ça : Les couleurs étaient sublîmes, la photo rend moins bien. Ensuite, on a vu la vallée qui descend de l'autre côté. Et heureusement il y a un refuge à mi-hauteur. Tous les randonneurs s'y sont retrouvés pour se réchauffer et boire un thé bien chaud. Puis le paysage change encore, avec des rivières sur galets ou en pleine jungle, c'est incroyable sur si peu de kilomètres..... Et en arrivant sur la route, il y a un autocar qui fait la navette pour ramener tout le monde au Backpacker, c'est super bien organisé. Seul petit couac, plus loin j'ai traversé un Parc National mais l'interdiction de chasser n'a pas été respectée....Pauv' lapin. En tout cas, je vous recommande la Nouvelle Zélande, si vous aimez la nature, vous ne serez pas déçu, c'est magnifique.

2001 juillet grand tour du Pacifique Sud
2001 juillet grand tour du Pacifique Sud
2001 juillet grand tour du Pacifique Sud
2001 juillet grand tour du Pacifique Sud
2001 juillet grand tour du Pacifique Sud
2001 juillet grand tour du Pacifique Sud
2001 juillet grand tour du Pacifique Sud
2001 juillet grand tour du Pacifique Sud
2001 juillet grand tour du Pacifique Sud
2001 juillet grand tour du Pacifique Sud
2001 juillet grand tour du Pacifique Sud
2001 juillet grand tour du Pacifique Sud
2001 juillet grand tour du Pacifique Sud
2001 juillet grand tour du Pacifique Sud
2001 juillet grand tour du Pacifique Sud
2001 juillet grand tour du Pacifique Sud
2001 juillet grand tour du Pacifique Sud
2001 juillet grand tour du Pacifique Sud
2001 juillet grand tour du Pacifique Sud
2001 juillet grand tour du Pacifique Sud
2001 juillet grand tour du Pacifique Sud
2001 juillet grand tour du Pacifique Sud
2001 juillet grand tour du Pacifique Sud
Lire la suite

2001 juin Finlande en Eductour

11 Avril 2015 , Rédigé par Fifou d'ailleurs

2001 juin Finlande en Eductour

L'Office du Tourisme de Finlande à Paris a invité une trentaine d'agents de voyages français à participer à un workshop à Kuopio en Finlande, il y a 3 ans. C'était très sympa, l'hôtel, magnifiquement situé au bord d'un lac, en pleine forêt et plein d'activités très nature pour découvrir les ressources de ce pays très attachant. On a fait une partie de pêche en passant la journée sur un bateau et puis du tir à l'arc, du golf de la moto d'eau et du 4 X 4. Bien entendu, il s'agissait aussi de travail et une journée a été consacrée à la rencontre des agences Finlandaises réceptives qui accueillent nos clients. Certains réceptifs se sont spécialisés en Incentives et proposent des activités originales comme la nage au milieu des icebergs (dans d'épaisses combinaisons où l'on pourrait être en costume cravate si l'on veut). Il y a aussi une traversée du pays en motoneige d'ouest en en est et en pleine foret, un faux poste-frontière Russe avec de vrais Russes qui demandent les passeports (pour créer un évènement inattendu au voyage). Pour le golfe, ici les balles sont blanches mais le reste de l'année, on utilise des balles rouges pour les retrouver même s'il reste des plaques de neige. Helsinki est si riche qu'ils finissent d'installer des trottoirs électriques dans toute la ville afin de chauffer l'hiver et d'éviter la formation de plaques de glace. Vu le niveau des salaires, ça revient quand même moins cher de chauffer les trottoirs que de payer les équipes d'employés municipaux.....

2001 juin Finlande en Eductour2001 juin Finlande en Eductour2001 juin Finlande en Eductour
2001 juin Finlande en Eductour2001 juin Finlande en Eductour
Lire la suite

2001 Mai Brésil - Minas Gerais

11 Avril 2015 , Rédigé par Fifou d'ailleurs

2001 Mai Brésil - Minas Gerais

Nous partons au Brésil avec Alain qui vient pour la 1ère fois en Amérique Latine. A Rio, nous prenons un vol intérieur pour Belo Horizonte. Nous visitons Ouro Preto, magnifique cité coloniale aux maintes églises baroques portugaises, aux ruelles pavées et à l'ambiance si particulière.

A Belo Horizonte, nous allons au marché et l'on assiste par hasard à une démonstration de Capoeira. La ville est très agréable à vivre, aérée avec de nombreux parcs. Retour à Rio et continuation sur la côte verte, à Angra dos Reis, près de parati puis bateau pour Ilha Grande dont m’avait parlé Pedro. C'est une île parfaite pour la randonnée. Légèrement montagneuse elle offre de superbes plages isolées, c'est magnifique.

2001 Mai Brésil - Minas Gerais2001 Mai Brésil - Minas Gerais2001 Mai Brésil - Minas Gerais
2001 Mai Brésil - Minas Gerais
Lire la suite

2001 février Soudan & Ethiopie

11 Avril 2015 , Rédigé par Fifou d'ailleurs

2001 février Soudan & Ethiopie

Il y a 15 ans, je suis allé au Soudan et en Ethiopie. D'habitude, je n'aime pas trop l'Afrique, mais je dois reconnaitre que ce pays est tout à fait magique. On me demande parfois quelles sont mes destinations préférées. Je réponds sans hésiter : L'Ethiopie, Madagascar, le Brésil, le Cambodge et le Groenland.

A Khartoum, je visite le Musée National, j'avais envisagé d'aller à Nuri voir les pyramides et à Méroé pour les sites pharaoniques mais cela s'avère très compliqué.

En débarquant de l'avion à Addis Abeba, je n'avais pas vraiment d'idée préconçue. Je voulais voir 3 choses : Les chutes du Nil bleu, les châteaux-forts de Gondar et les églises monolithiques de Lalibela (la Jérusalem noire). C'est sans conteste Lalibela qui est l'étape la plus marquante. Je suis resté une semaine dans cette ville-sanctuaire. Elle a été créé parce que les chrétiens ne pouvaient plus se rendre à Jérusalem en pélerinage (suite à l'arrivée des musulmans au Soudan, bloquant la route du nord), par conséquent ils ont créé de toute pièce un lieu de pélerinage pour toute l'Afrique. Il y a donc 11 églises comme celle-ci. On passe de l'une à l'autre par des souterrains creusés dans le rocher. Chaque église est creusée dans un seul bloc de pierre qui est ensuite évidé, c'est hallucinant. Chaque matin, j'allais à la messe à 05h00 (elle dure 4 heures et on est debout, d'où l'utilisation de leurs grandes cannes qu'ils coincent sous les aisselles pour se reposer un peu). On voit des prêtres qui récitent des prières partout. Il y a aussi beaucoup de mendiants et de pélerins. Bien entendu le pays est d'une pauvreté incroyable. On ne peut pas donner d'argent à tout le monde, cela ne suffirait pas de distribuer des piecettes du matin au soir, alors je distribuais des sourires, signe ostentatoire d'empathie, que l'on comprend, on partage moralement et humainement leur douleur sans pouvoir la soulager matériellement. De ville en ville, en changeant mes Euros je demandais régulièrement s'il y avait des distributeurs de billets et l'on me répondait inmanquablement qu'à Addis, la capitale il y en avait. Me voici arrivé à Gondar, la ville sombre avec ses pierres de basalte et son ensemble de châteaux et de résidences royales. Les Ethiopiens sont d'une gentillesse rare, ils m'ont souvent inviter dans leur famille pour la cérémonie du café. La mère de famille écrase les graines de Moca et tout le processus prend au moins deux heures pour déguster un petit café inoubliable. Ils n'ont rien et offrent tout. J'ai parfois été tenté de faire le parralèlle (un peu facile) entre la générosité des habitants et le PNB du pays. Plus le pays est riche et plus les gens sont égoïstes. Plus il est pauvre et plus ils partagent le peu qu'ils ont. Bon, ça fait cliché, c'est superficiel mais pas tant que ça, vous allez voir. Juste un exemple en faisant de l'auto-stop. C'est frappant, plus le pays est pauvre et moins on attend sur le bord de la route, là c'est tout à fait évident. Ensuite, j'ai continué le périple par les chutes du Nil Bleu et l lac Tana où je me suis baigné. En arrivant à Addis Abeba, j'étais un peu court en argent liquide. Le lendemain matin, je vais à la banque centrale : Pas de distributeur, je cherche dans les étages car dans n'importe quel pays au monde il existe un vague bureau poussiéreux au fond de la banque avec un employé qui prend note de vote identité, regarde la CB d'un air suspicieux, envoie un vieux téléx sur une machine d'un autre siècle et vous délivre d l'argent liquide 48 heures plus tard. Eh bien tout ceci n'existe pas en Ethiopie !!!!! Un chef de service m'a dit, l'air désolé que "les débits CB se faisaient au Kenya et seulement 2 commerces acceptent la CB : Ethiopian Airlines et le Hilton". Il ajoute "Sorry, we are a bit late for that". Passablement énervé, j'ai répondu qu'il n'étaient pas "a bit late" mais complètement "has been" et que l'on était plus au Moyen-âge. Le pauvre n'y étais pourrien, j'ai regretté de m'être emporté. Je vais donc à Ethiopian Airlines, la fille du comptoir était OK pour me filer du liquide si je paie en carte la prochaine commande d'un client qui lui aurait payé en cash. Au dernier moment, la directrice a refusé disant que si ce client annulait, ma CB serait recréditée alors qu'il avait payé en liquide. Je suis donc allé au Hilton pour négocier avec le caissier du restaurant. J'ai demandé à chaque client qui sortait de table si je pouvais payer son repas avec ma CB et récupérer son argent liquide : Plus de 30 refus, j'étais vert. J'appelle l'ambassade de France après avoir fait mes comptes, il me manquait 35 € ! ! ! ! Au téléphone, j'entends : "Encore un ! vous êtes le 6ème cette semaine !!!" On me conseille de demander à ma famille de l'argent via Western union, l'ambassade ne fera rien de plus. De retour à mon petit hôtel ( 6 € la chambre) je suis un peu secoué par une rude journée, tout ça pour 35 €. Le réceptionniste vient me voir et demande si tout va bien ? Je lui explique la situation. Il propose de m'inviter à dîner chez ses parents. Quand nous arrivons, ils avaient été prévenus et un véritable banquet de fêtes nous attendait, c'était très gênant. Et puis le lendemain, il a insisté pour m'inviter au restaurant, impossible de refuser le plat de spaghetti avec un petit peu de sauce tomates offert de bon coeur. Je lui ai demandé qu'elle serait pour lui "une journée de rêve à Addis". Il a répondu sans hésiter, aller à la piscine de l'hôtel Eden et manger un hamburger. Le lendemain, l'argent est arrivé, mes parents m'ont envoyé 1.300 € !!!!!! Je l'invite donc à la piscine mais il a failli se faire refouler par la sécurité, car il n'avait pas de maillot de bain, il était en slip. Je plonge dans l'eau verte un peu moussu et pas très clean. Lui hésite, je l'incite à venir me rejoindre et il me saute dessus, puis se débat comme un chien, s'accroche à moi en avouant qu'il ne sait pas nager. Je l'ai accroché au bord en disant que c'était courageux mais très dangereux de sauter dans le grand bain sans savoir nager, il répond qu'il a confiance en moi, je suis troublé. J'ai demandé au maître nageur une ceinture de liège ou une planche. Il n'avait qu'une vieille chambre à air avec laquelle j'ai donné son premier cours de natation à mon ami Ethiopien. Puis, nous avons mangé un hamburger au barbecue du bord de la piscine et là, entre deux bouchées, il s'est mis à pleurer en disant que c'était le plus beau jour de sa vie. C'était très émouvant, j'étais mal, je n'arrivais plus à manger. Etant croyant, je suis persuadé qu'il y a un signe divin sous cette histoire. Pour me montrer, me prouver qu'après avoir pas mal voyager dans tous ces pays, justement, dans le plus pauvre d'entre eux, je dépends toujours de mes frêres, pour manger et pour survivre. Cela ne m'était jamais arrivé auparavant, du coup cela fait réfléchir. Se sentir pauvre chez les pauvres, et dépendre d'eux pour sa propre survie, c'est une grande leçon d’humilité que je n’oublierai jamais

2001 février Soudan & Ethiopie
2001 février Soudan & Ethiopie
2001 février Soudan & Ethiopie
2001 février Soudan & Ethiopie
2001 février Soudan & Ethiopie
2001 février Soudan & Ethiopie
2001 février Soudan & Ethiopie
2001 février Soudan & Ethiopie
2001 février Soudan & Ethiopie
2001 février Soudan & Ethiopie
2001 février Soudan & Ethiopie
Lire la suite

2000 décembre accompagnement au Sénégal

9 Avril 2015 , Rédigé par Fifou d'ailleurs

2000 décembre accompagnement au Sénégal

Le 27 décembre, je décolle pour Dakar avec un groupe d’enfants des Editions de l’Epargne, toujours Béatrice Pétriacq qui me commande ces voyages.

Nous allons aux Filaos, sur la Petite Côte, du côté de M'Bour, l’ambiance est assez morose. Nous allons à l'île de Goré, au lac Rose et à Kaolac, l’île aux coquillages.

Pour le réveillon, il y a des danses du feu sur la plage suivi par un feu d’artifice.

2000 décembre accompagnement au Sénégal2000 décembre accompagnement au Sénégal
2000 décembre accompagnement au Sénégal2000 décembre accompagnement au Sénégal
Lire la suite

2000 novembre Birmanie

9 Avril 2015 , Rédigé par Fifou d'ailleurs

2000 novembre Birmanie

Le 20 novembre, je pars à Rangoon sur la Malaysian, en transit à l’aéroport de KL, je rencontre une enseignante (français et histoire-géo) en retraite, la soixantaine : Monique Haumont de Nantes. est gentille mais un peu collante et me suit à Mandalay, Mamyo et Pagan. Je rentre sur Rangoon seul. A Bago, je vais au rocher doré de Kyaikityo c'est un lieu assez magique. Ensuite, je visite la synagogue de Rangoon et je file sur Bangkok. Avant de décoller de Rangoon, je me baigne une bonne partie de l’après-midi à l’hôtel Ramada, juste en face de l’aéroport. Je vais même faire l'enregistrement au minuscule aéroport en maillot de bain ! ! ! .

A Bangkok, je vais au Siam Centre, découvrir les boutiques des jeunes designers et créateurs Thais qui sont vraiment très doués. Puis, je prends le bus pour Cholburi, je ne reconnais rien, je demande à un chinois qui est traducteur dans le Soi Prai Sani Klang. La maison de René (avec la discothèque en dessous) est en train d’être détruite, justement ce jour-là, des bulldozers démolissent les murs, j’ai juste le temps de prendre quelques photos. Quel hasard, comme si la maison m’avait attendu pour mourir, alors qu’il n’était pas prévu que j’aille en Thaïlande, encore moins à Cholburi, quelle coïncidence, cette maison où j’ai passé tant de bons moments, où j’ai travaillé, où j’ai décidé d’apprendre le ThaÏ et où j’ai enseigné le Thaï à René…..Juste à côté de ma maison un immeuble à pousser, il s’appelle prétentieusement : « Le Monte Carlo »

2000 novembre Birmanie
2000 novembre Birmanie
2000 novembre Birmanie
2000 novembre Birmanie
2000 novembre Birmanie
2000 novembre Birmanie
2000 novembre Birmanie
2000 novembre Birmanie
2000 novembre Birmanie
2000 novembre Birmanie
2000 novembre Birmanie
2000 novembre Birmanie
2000 novembre Birmanie
2000 novembre Birmanie
Lire la suite
<< < 1 2 3 4 > >>