Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Voyages, rencontres & aventures

1993 septembre : Polynésie Française

12 Mars 2015 , Rédigé par Fifou d'ailleurs

1993 septembre : Polynésie Française

DES ÎLES ET DES ATOLS DE REVE......

Nous sommes allés avec Miguel, passer un mois de vacances en Polynésie Française. Chaque archipel est très différent au niveau relief, paysage et culturel. Bien entendu, nous avons commencé avec les touristiques iles de la Société (Moorea, Huahine, Raiatea, Tahaa et Bora Bora). Puis nous sommes partis dans les Tuamotous pour visiter Rangiroa et Manihi. Le séjour de 5 nuits à Rangiroa était magique, j'ai pu plonger dans la passe de Tiputa, voir les requins de très prêt.

Pendant l'approche sur Bora Bora, on voit nettement l'alignement des motus sur la barrière de corail. Ces motus sont des lieux parfaits pour un pique nique tropical. Et puis en descendant du petit avion, on est très content de voir cette pancarte et le comité d'accueil avec les colliers de fleurs de tiaré. Le collier de fleurs c'est en arrivant, au départ, c'est un collier de coquillage. Il y a des codes avec les fleurs de tiaré. Sur l'oreille gauche ou droite selon que l'on est marié ou célibataire. Ces petites fleurs très codorantes sont utilisées partout et en toutes occasions. J'ai toujours été étonné de voir sur les photos ou dans les documentaires que les plages de Polynésie étaient très lumineuses, presque brillantes. Sur place, j'ai compris immédiatement. Pour commencer, il faut préciser qu'il y a peu de plages (à Tahiti par exemple, elles sont de sable noir et à Moorea, la végétation atteind l'eau sous forme de mangrove sur la plupart du littoral). Donc, cet éclat est dû au fait que ce ne sont pas (généralement) des plages de sable mais de minuscules débris de nacre de coquillages. Pour les bungalows, il existe 3 catégories de tarif. Les bungalows jardin (au milieu des fleurs) les bungalows plage (comme ceux de la photo) et les bungalows sur pilotis- appelés Faré). Certains Faré sont particulièrement luxueux avec un sol en plaque de verre (pour pouvoir admier les poissons au milieu du récif coralien) et au matin, un tahitien en pirogue apporte le petit déjeuner essentiellement composé de fruits tropicaux. Les couleurs du lagon sont hallucinantes. Toutes mes photos restent très "amateurs", ce sont des photos de vacance, de qualité médiocre qui n'utilisent aucun filtre donc la lumière et les couleurs sont totalement naturelles.

Arrivée sur Bora Bora et séjour à Rangiroa
Arrivée sur Bora Bora et séjour à Rangiroa
Arrivée sur Bora Bora et séjour à Rangiroa

Arrivée sur Bora Bora et séjour à Rangiroa

Raitea, Taha, Moorea
Raitea, Taha, Moorea
Raitea, Taha, Moorea

Raitea, Taha, Moorea

1993 septembre : Polynésie Française
1993 septembre : Polynésie Française
1993 septembre : Polynésie Française
Lire la suite

1993 la vie à Lisbonne

12 Mars 2015 , Rédigé par Fifou d'ailleurs

1993 la vie à Lisbonne

Avec Miguel, nous récupérons un duplex, occupé par de français, dans un Palais du XVIème siècle d’Alfama.

Je pars un week-end à Madrid avec une copine de l'ambassade d'Autriche, pour me faire une surprise, Miguel a tout déménagé tout seul pendant que j'étais à Madrid et en plus c'était la St Antoine, une grande fête populaire durant laquelle tout le quartier historique d'Alfama est encombré.

Ma mère vient nous rendre visite. Rapidement nous réalisons que l’endroit est très humide, les chaussures moisissent et les draps sont glacés car le logement est adossé à la colline et la terre, chargée d’eau est contre le mur du studio. Heureusement, un ami, Laurent Cruvellier, va quitter son logement du 126, rua Pascoal de Melo au 3dto, près de la place Dona Estefania, derrière Portugal Telecom. C’est un grand 4 pièces avec loggia. Au bureau, nous quittons les locaux de Tagus pour l’agence de Eça de Queiroz, dans la rue de l’hôtel Capitol. Philippe Teixeira vient nous voir, Marcus va accompagner son grand groupe du Parlement européen. Avec la communauté française (Alexandre de Kronenbourg, Stanislas Kalimerov de la pub, Laurent Cruvellier de la com, Eric Fayol de l’ambassade, Fabrice Daverio de l’Oréal, Emmanuel Larigauderie de la Caisse des dépôts et consignation, Carole de Colarès, etc…) nous allons parfois passer le week-end à Prainha, à côté d’Alvor en Algarve.

Je travaille beaucoup 08h00-22h00 six jours sur sept, le dimanche c'est pique-nique à la plage mais parfois je repasse à l'agence le dimanche soir, j'adore mon travail et cela ne me pèse pas car la vie portugaise offre une qualité exceptionnelle. La douceur du climat et l'ensoleillement, le faible coût de la vie et surtout la gentillesse des portugais qui est tout à fait exceptionnelle.

1993 la vie à Lisbonne
1993 la vie à Lisbonne
1993 la vie à Lisbonne
Lire la suite

1992 décembre : installation à Lisbonne

12 Mars 2015 , Rédigé par Fifou d'ailleurs

L'équipe gagnante dans la péninsule de Sesimbra
L'équipe gagnante dans la péninsule de Sesimbra

Donc me voici à Lisbonne, finalement. Au début je dors à l’hôtel Capitol pendant un mois et demi. Puis, un ami de Michel Longuet, Nuno me trouve un logement, chez un copain à lui, qui cherche un colocataire, à Benfica. C’est un appartement à côté du café le Calife et du centre commercial.

C'est assez loin et mal desservi, je déménage chez Celia, rue de Sao Paulo, à côté de Cais do Sodre, elle est étudiante en architecture et passe beaucoup de temps en Algarve, je m'occupe de sa chatte qui est enceinte et accouche dont il faut aussi s'occuper des bébés châtons. Je sympathise avec un voisin Miguel, vénézuélien qui vient d’habiter 3 ans à Porto, il habite maintenant à Benfica, comme moi avant de déménager Rua da Moeda à Cais do Sodre, quel hasard.

Chez TAGUS, le prestataire, la proposition de s'associer pour l'ouverture d'une filiale NF est refusée, nous allons donc ouvrir seul mais les relations sont très bonnes et ils nous louent un local vide rua Eça de Queiros, à deux pas de la place Marques de Pombal.

Avec l'avocat Maitre Castro et Patrick Billebault qui vient régulièrement de Paris pour suivre la création de la filiale, nous créons donc la société, ouvrons le compte en banque et j'embauche 2 étudiantes en tourisme Léonor et Maria Joao.

Je fréquente la communauté française et un jour l'ambassade d'Autriche organise un rallye avec des gages à remporter, notre équipe gagne le rallye ! ! !

Lire la suite

1992 novembre - Israël

12 Mars 2015 , Rédigé par Fifou d'ailleurs

1992 novembre - Israël

Comme il me reste des vacances, je retourne une semaine en Israël.

Dans le désert du Néguev et à Jérusalem. J'ai de la chance il fait encore très beau pour la saison.

Au musée archéologique
Au musée archéologique

Au musée archéologique

Lire la suite

1992 octobre - La Route de la Soie (Chine & Mongolie)

12 Mars 2015 , Rédigé par Fifou d'ailleurs

1992 octobre - La Route de la Soie (Chine & Mongolie)

Nous partons en Chine avec Dominique Chaffault. Vol Aéroflot, à l'ancienne avec des hôtesses Babouchka qui servent une sorte de ragoût avec une louche ! !

A l'atterrissage, plusieurs passagers étaient DEBOUT en train de FUMER quand les roues ont touchées le tarmac, c'était une époque spéciale. Nous avions pris Aeroflot car c'était la seule compagnie proposant un open-jaw aller Pékin et retour d'Islamabad.

C'était la deuxième et dernière fois que je partais en groupe. Petit groupe de 8 avec une vieille accompagnatrice qui a commencé par ramasser tous nos billets d'avion (par sécurité pour ne pas qu'on les perde ! ! ! )

Après s'être installé à l'hôtel, nous allons déjeuner dans un grand restaurant de Pékin. Nous commandons les plats et on demande du riz. Réponse du serveur : il est 14h00, nous n'avons plus de riz ! ! ! Plus de riz en Chine ! ! ! C'est incroyable.

La route de la soie commence par DATONG après une nuit dans le train et les grottes bouddhistes étaient en "restauration" des échafaudages en bambous et des étudiants des "beaux arts" repassaient les fresques antiques avec une laque brillante du XXème siècle ! ! ! d'accord ils respectaient les couleurs et les contours des fresques d'origine, mais c'est un crime de couvrir des fresques de 600 ans avec une peinture moderne.....

La route est longue jusqu'à Urumchi, le petit groupe n'est pas très sympa, les distances énormes, surtout en Mongolie extérieure où l'on croise le rallye Paris-Pékin. La nourriture est catastrophique, tout baigne dans l'huile et les villes sont d'une saleté insupportable, surtout les toilettes. Un soir dans l'hôtel, avec une vaste cour intérieure remplie de cochons, les toilettes étaient dans une cabane sur pilotis au milieu de la cour. En y allant, je constate que les cochons se précipitent sous les toilettes et attendent. impossible d'uriner sur les cochons, je vais dans un bar extérieur. Tous les Chinois crachent partout, il y a des urinoirs publics dans les rues, la saleté est omniprésente, davantage qu'en Inde.

Les villages sont de plus en plus sales et l’accompagnatrice insupportable et lunatique. Un jour, en plein désert de Gobi, après avoir vu un morceau de la Grande Muraille de Chine, elle nous montre la tour de contrôle d'un aéroport isolé. Je demande au minibus de s'arrêter, je descend, les quitte et veux rentrer au Caire, à la maison. Ca a fait un scandale, mais je ne les supportaient plus. En fait c'était un aéroport militaire mais ils ont acceptés de m'emmener (le lendemain) sur un vol militaire pour Xian, la j'ai trouvé 2 autres vols (en stand-by à chaque fois) jusqu'à Pékin.

Je me suis alors précipité aux bureaux d'Aeroflot. L'employée me dit que tous les vols sont complets pour les 3 semaines à venir. Je demande à parler au responsable. Coup de chance il a travaillé à Paris et connaît Pascale Demailly, il propose de me surclasser en Business sur le vol du lendemain. Je lui tend mon billet, il le feuillette et me dit "Il me faut les coupons de vols, pas les consignes de sécurité, contrat IATA, etc....) en fait le billet s'était décollé et l'accompagnatrice m'avait rendu les pages "sécurité" et elle avait gardé les coupons ! ! ! !

On téléphone à Paris à Pascale Demailly qui s'occupe des billets gratuits chez NF, le lendemain matin à 08h00 à travers les portes vitrées, je vois la télécopie sur le fax. Le directeur me demande "Vous allez comment à l'aéroport ?" je répond "En bus peut-être", il me dit que je n'aurai jamais le temps et demande à son chauffeur de m'accompagner avec la voiture de fonction. J'embarque en Business, à peine arrivé à Paris, je reprends un vol pour le Caire, soulagé d'être rentré en Egypte.

1992 octobre - La Route de la Soie (Chine & Mongolie)
1992 octobre - La Route de la Soie (Chine & Mongolie)
1992 octobre - La Route de la Soie (Chine & Mongolie)
1992 octobre - La Route de la Soie (Chine & Mongolie)
1992 octobre - La Route de la Soie (Chine & Mongolie)
1992 octobre - La Route de la Soie (Chine & Mongolie)
Lire la suite

1992 juillet Escapade à Chypre

12 Mars 2015 , Rédigé par Fifou d'ailleurs

1992 juillet Escapade à Chypre

Naissance d’Aphrodite

En juillet je décide d’aller une semaine à Chypre. Le temps est superbe, je loue une voiture et je suis surpris de rouler à gauche. Tour de l’île, je tombe en admiration devant la dizaine d’églises peintes du mont du Todroos, elles sont sublîmes. Craignant les invasions musulmanes, elles sont cachées en montagne et ont un aspect extérieur de maison, sans clocher. A Patmos, je descends à l’auberge de jeunesse, sur le front de mer, tous les restaurants sont pleins, il y a de la musique qui s’échappe des tavernes. C’est joli, la côte est belle mais assez construite.

Lieu de naissance d'Aphrodite & églises du Troodos
Lieu de naissance d'Aphrodite & églises du Troodos

Lieu de naissance d'Aphrodite & églises du Troodos

Lire la suite

1992 mai Escapade en Israël

11 Mars 2015 , Rédigé par Fifou d'ailleurs

1992 mai Escapade en Israël

En mai, fais ce qu’il te plait ! Je prends l’autocar pour Jérusalem. 10 heures de bus et me voici en Terre Sainte. Jérusalem est une ville encore plus belle que je ne l’imaginais. Le labyrinthe de ruelles de la vieille-ville est magique, on passe du quartier juif au quartier musulman en passant par le quartier chrétien orthodoxe. Je dors au YMCA, je décide de louer une voiture et je vais sur la Mer Morte : Jércho, Quonran, Ein Guédi, Massada et dodo à Beir Sheba puis Ashqualon, Tel Aviv, Césarée et Haïfa (je dors à Haïfa).

Ensuite, je continue par Safed, Tibériade, le château de Belvoir et je traverse les territoires par erreur. A Naplouse, je demande mon chemin en arabe à de braves paysans qui fument le narguilé à une terrasse de café. En voyant ma voiture avec les plaques jaunes (juives) ils froncent les sourcils, mais en voyant que je suis un touriste et que je parle un peu arabe ils me sourient et me renseignent. Je fais développer les photos avant de repartir, du coup je suis en retard pour l’avion de retour. Je fonce à 130 Km/h sur la route Jérusalem-Tel Aviv où se trouve l’aéroport de Ben Gourion.

Le 16 mai, je privatise la terrasse de l’hôtel Al Nabila et j’organise une super fête d'anniversaire pour mes 30 ans, avec buffet et orchestre autour de la piscine, c’est très sympa.

Au Caire, les accompagnateurs NF ont parfois une connaissance très limité de l’Egypte et ils ne parlent pas Arabe. Pedro Tomadin vient me voir quelques jours,il me dit qu’il aimerait racheter la Sabil et Kutab Quait Bay (derrière Al Azzar).

Le musée avec les manuscrits de la Mer Morte
Le musée avec les manuscrits de la Mer Morte
Le musée avec les manuscrits de la Mer Morte

Le musée avec les manuscrits de la Mer Morte

Palais d'Isham, plage d'Ashquelon et vieille-ville de Jérusalem
Palais d'Isham, plage d'Ashquelon et vieille-ville de Jérusalem
Palais d'Isham, plage d'Ashquelon et vieille-ville de Jérusalem

Palais d'Isham, plage d'Ashquelon et vieille-ville de Jérusalem

1992 mai Escapade en Israël
Lire la suite

1991 octobre - Installation au Caire

11 Mars 2015 , Rédigé par Fifou d'ailleurs

1991 octobre - Installation au Caire

Un soir, j'entends une interview de Mr MAILLOT à la radio, il déclare que nous avons des filiales dans chaque pays de la Communauté Européenne. Le lendemain, je le croise au café "chez Raphaël" de NF et je me permets de lui faire remarquer que nous n'avons pas de filiale en Irlande, au Danemark et au Portugal.

A ce sujet, j'aimerai vous parler. Dans son bureau, je lui confie que j'aimerai ouvrir une filiale à Lisbonne, comme mon ex-collègue Jean Espinosa qui venait d'ouvrir la filiale à Istanbul. Par la suite, je vais faire à sa demande une étude de marché au Portugal, pour mon premier vol sur la TAP, je suis surclassé en business, j'y vois un signe favorable. Puis Mr Maillot m'explique que nous devons faire voler la flotte moyen-courrier de Corsair (principalement des B737-200) en basse saison et compte tenu de la communauté portugaise en Île de France, il peut y avoir beaucoup de mouvement, on appelle cela le "traffic ethnique". Il me confirme que la mission de créer la filiale me sera confiée. L'été passe et en septembre, nous nous croisons dans l'ascenseur. Mr Maillot me demande alors "Vous connaissez l'Egypte", je répond "J'y suis allé en vacances, comme beaucoup de monde". Il me dit alors "Dans 5 minutes dans mon bureau".

Grosso-modo, les égyptiens empochaient l'argent des excursions facultatives, il fallait donc négocier avec les égyptiens, connaitre leur prix d'achat et prix de vente et obtenir 50% de leur marge, pas évident. J'essaie de dire que le Portugal m'intéresse davantage, la réponse est directe "Si vous allez en Egypte, vous aurez le Portugal", j'y vais donc un peu contraint, mais il avait raison, c'était une expérience enrichissante et unique qui m'a beaucoup appris.

Le 5 octobre 91, j’arrive au Caire, enfin. Atef vient me chercher à l’aéroport, c’est un jour férié. Je m’installe à Zamalek, dans l’appartement de Gil de Béjary qui m’a précédé. 1A Saied El Bakry. Le lundi, je vais au bueau Naggar à 08h00. Le premier collègue qui arrive est Ahmed Salah. Je lui dis bonjour, il me répond « Et bien, je ne sais pas si c’est un bon jour ou un mauvais jour. » Bienvenue en Orient. Je rencontre toute l’équipe : Ahmed Salah, Ahmed E Naggar, Nader (le chef de service), Mustapha, Nabil, Fouad et Abdou. Peu à peu, je comprends la situation mais au début, c’est très difficile car on ne me donne aucune piste, je dois me débrouiller tout seul. Isolé, coupé de Paris, je me sens un peu dans la fosse aux lions.

Je pars une semaine en Haute Egypte (Assouan – son et lumière à Philae). Avec Edouard, nous visitons les bateaux Naggar : Queen Nabila, Queen of Sheeba, Ramses, King of the Nile. A Louxor, je rencontre Catherine Galle (la grande Catherine) et Mustapha Naggar. Je visite tous les hôtels vendus par NF. Pour l’anniversaire de Catherine, nous buvons du Champagne avec un groupe de jeunes à l’hôtel El Nil. Retour au Caire et à Paris en fin de mois. Il y a un restaurant sympa dans ma rue : La Charmerie. Il y a aussi l'excellent restaurant libanais Papillon, place du Sphinx à côté de l’hotel Al Nabila, Arabesque, le Fechaoui et chez Carole avec un vieux serveur francophone : M. Gamel, très "vieille France"

Le 3 novembre, je rentre en Egypte avec Dario, content de mon premier rapport et du soutient de Paris. Les midi, je déjeune chez Carole. Je visite le musée national avec Catherine Galle, Patrick Planchard et le guide Rifat. L'appartement a une terrasse panoramique, au dernier étage on domine le Nil et les lumières de la ville, c'est magnifique.

Je rentre quelques jours après pour les 25 ans de NF au Boléro, superbe fête, à l’entrée maillot sur son scooter. Je revois Jean Espinosa pour qui tout se passe bien en Turquie. Le 12 novembre, je rentre au Caire. Jacques Pons débarque, il m’aide à déménager de Zamalek à Talat Harb au 18, rue Hoda Shaharawi dans le centre, un appartement qui apparteient au père d’Ahmed El Naggar, juste sous le bureau. Le 16 avec Jacques nous allons à Hurghada où nous passons notre brevet de plongée PADI Open Water. Les cours sont en italien.

Je passe à Paris une semaine et revient en Egypte avec ma mère qui va à Minieh, seule en moyenne Egypte et fait de l'auto-stop en plein fief des frères musulmans. Le soir de Noël chez Nabil Abadir, sa femme cathy, ses parents et Magdy Kaldas. Dîner chez Mustapha Bakry. Le 28, je vais à Assouan pour faire la croisière.

Le 31 décembre 91 superbe réveillon à Kom Ombo sur le Queen Nabila III avec Ashraf El Taher et le groupe « Amicale du personnel » puis ma mère revient avec mon oncle et ma tante. Moataz est le deuxième accompagnateur egyptien, très sympa.

Un eductour est organisé pour les vendeurs NF. Hélène Berger est responsable des accompagnateurs, les après-midi il y a une longue coupure de 13h00 à 18h00, je vais faire du shopping à Concrete et Mobacco car le coton égyptien est d'excellente qualité. Ensuite, quand j’ai le temps, je vais au cinéma. Les films qui passent sont souvent des films d’action ou de karaté, très nuls, mais ça passe le temps. Le soir après l’agence, je fais le tour des hôtels où nous avons des groupes pour prendre la température auprès des clients et des accompagnateurs. Cela se passe en début et en fin de semaine car du mardi au jeudi, tous les groupes sont en Haute Egypte ou dans le Sinaï. Si un groupe est déçu par des prestations ou un hôtel, je fais pression sur Naggar pour qu’il offre un dîner-spectacle aux pyramides ou une compensation quelconque avant le retour en France.

En mars 1992 Ahmed Salah me propose de passer le permis de conduire avec son petit frère. Tout le monde s’entraîne sur un parking, je donne un bakchich pour pouvoir conduire au milieu de la circulation et m’habitué au traffic intense sur les routes du Caire. Les cours de théorie sont en arabe exclusivement, le frère de Ahmed me traduit les questions et les réponses. Pour la pratique, il y a des plots en plastique qui simulent une courbe de 30 mètres au milieu d’un parking. Il faut prendre cette courbe en marche avant et en marche arrière. Pendant cette deuxième partie, mon véhicule est en biais, j’ai râté. Je donne un bakchich et je repasse l’épreuve tout de suite, cette fois, je réussis. Il y a eu un egyptien qui a appuyé sur l’accelérateur au lieu du frein et il a foncé dans 5 ou 6 voitures en stationnement, c’était très impressionnant. Après avoir fait les photos et les certificats, Ahmed m’a accompagné pour récupérer mon permis de conduire, à Zamalek, sous le pont de l’autoroute. Attente, chaleur, sueur et finalement, je l’ai. Maintenant il me faut une voiture.Un employé égyptien de l’ambassade de France me vend une jeep de l’ambassade des Etats-Unis. Elle est haute et large, parfaite pour foncer dans la circulation. Heureusement, c’est Ramada, je profite donc de la rupture du jeûne, vers 18h00 pour rouler sur les voies désertes et m’habituer progressivement à la reprise de la circulation. Après 3 semaines, je n’ai plus peur de conduire, même quand il y a beaucoup de voitures.

Catherine Galle vient souvent avec des groupes de Patrick Planchard,

En août,il fait trop chaud, et un jour, à Assouan, je quitte le Queen of Sheeba pour monter la petite côte qui mène au Old Cataract, il fait 50°C et le macadam colle aux chaussures, c‘est vraiment trop chaud. De retour au Caire, Seydi vient passer une semaine en Egypte. Nous allons à Sharm el Cheikh pour plonger.

Quand j'habitais au Caire, je profitais de quelques jours de calme pour m'échapper dans le Sinaï afin de plonger en Mer Rouge. Plusieurs amis sont venus de France, Jacques, Laurent, Edouard et là, c'était ma copine : Seydi. Elle est venue de Lugano et a commencé la plongée à Sharm, moi j'en ai profité pour passer mon degré de Rescue Diver. Seydi (d'origine turque) a beaucoup aimé la plongée et les paysages magiques du désert, comme le canyon des couleurs ou Wadi Musa (les sources de Moïses - Où il aurait frappé un rocher avec son baton pour faire jaillir de l'eau). Il y a aussi bien entendu le monastère de Sainte Catherine, on escalade le Mont Moïse dans la nuit pour arriver au sommet avant l'aurore et assister au lever du soleil sur l'immensité désertique, c'est à couper le souffle.

Quand on plonge, il faut avoir un brevet et être bien encadré. La sécurité est fondamentale et tout est axé autour de cette priorité. On a l'impression de voler au dessus de failles sous-marines, le long des tombants (falaises) couvertes de gorgones avec des groupes de requins inoffensifs. A côté de Sharm, il y a le Parc National de Ras Mohamed avec une faune impressionnante, c'est un tombant abrupte vertigineux de plus de 2 Km de profondeur. On est surspendu dans le vide comme un bouchon, c'est génial.

Il existe 2 systèmes de graduations. Le système PADI qui est reconnu et pratiqué dans le monde entier et le système Français qui n'est accepté qu'en France (trouvez l'erreur). En plus le système français défend le feeding (descendre avec des tonnes de nourriture pour attirer les poissons) et on peut casser du corail ou remonter des souvenirs, bref une catastrophe. Le système PADI défend l'environnement, nous allons sous l'eau sans y avoir été invité, il convient de ne rien toucher, de ne rien remonter et de ne rien casser juste d'observer un point c'est tout.

La première épreuve pour l'Open Water PADI consiste à palmer une trentaine de mètres à 50 centimètres au dessus d'un sol sablonneux sans soulever de grains de sable......Ensuite il y a l'Advanced et le Rescue Diver. Par la suite je me suis spécialisé en archéologie sous-marine et en plongée sur épaves. Cet été, avec Elie, nous partons aux Marquises, à l'île de Pâques et ensuite chez un ami hyper-sympa, Daniel, à Raitea. J'ai hâte d'y être et j'espère que nous aurons l'accasion d'admirer ensemble les poissons dans le récif coralien.

Juste après le tremblement de terre d'octobre 1992, je quitte l'Egypte pour le Portugal avec l'objectif de créer une filiale NF.

Les amis égyptiens
Les amis égyptiens
Les amis égyptiens

Les amis égyptiens

Avec Seydi, Catherine Galle
Avec Seydi, Catherine Galle

Avec Seydi, Catherine Galle

Lire la suite

1991 mai Egypte avec Olivier

11 Mars 2015 , Rédigé par Fifou d'ailleurs

1991 mai Egypte avec Olivier

Avec un ami, Olivier, on décide d’aller en vacances une semaine en Egypte.

Arrivée à Louxor et 5 jours de visites en vélos de la vallée des Rois, des Reines, des temples de Louxor et de Karnak puis nous prenons un bus pour Hurghada et passons 2 nuits au Sheraton, j’achète la carte de fidelité ITT-Sheraton.

Je vais plonger mais lui a mal aux intestins. Nous prenons un vol intérieur pour le Caire et on passe 2 jours au Caire au Sheraton de Guezirah.

Je n'aurai imaginé que 5 mois plus tard je viendrai habiter en Egypte pour une durée de 2 ans en tant que Responsable Qualité pour Nouvelles Frontières.

1991 mai Egypte avec Olivier
Lire la suite

1991 février Carnaval de Rio

11 Mars 2015 , Rédigé par Fifou d'ailleurs

1991 février Carnaval de Rio

En pleine guerre du Golfe, je vais passer Carnaval à Rio.

A Roissy, Gil, de la Varig, se débrouille pour me faire embarquer en Business, c’est génial, le voyage est magnifique, on regrette de devoir sortir de l'avion. Francisco Correia da Silva m’attend à l’aéroport, il m’a réservé un petit hôtel à Copacabana.

Les journées se passent à la plage d'Ipanema et les nuits dans les bars et boîtes. Je suis des cours de Samba et participe au Carnaval dans le Sambodrum, c'est génial, même si le costume m'a coûté un bras..... N'ayant pas mis de protection solaire, je suis complêtement brûlé et je reviens à Paris, noir archi-bronzé

Retour à Paris et retour au boulot.

Carnaval no Rio de Janeiro, sta bem legal !
Carnaval no Rio de Janeiro, sta bem legal !
Carnaval no Rio de Janeiro, sta bem legal !

Carnaval no Rio de Janeiro, sta bem legal !

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 > >>