Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Voyages, rencontres & aventures

February 2019 Back to South Thailand

5 Octobre 2019 , Rédigé par Fifou d'ailleurs

TRANG : février 2019 au 1er jour du calendrier chinois, un passage par le temple chinois MEUNRAM de Trang s'imposait. Derrière une façade quelconque, son intérieur enfumé de bâtons d'encens, est d'un raffinement étonnant. Les familles chinoises de la région défilaient à tour de rôle pour apporter des offrandes aux divinités. Dîner à l'excellent Marché de Nuit de Trang, le meilleur, et de loin, de la côte d'Andaman. On y trouve d'alléchants currys, des légumes, du tofu frit, de nombreux desserts et pour les non-végétariens, du poulet, du poisson et la spécialité régionale : le porc grillé croustillant (Moo Yahng). Hard life in Koh Ngai, reading and swimming all day. Lunching of green papaya salad and having a couple of mojitos at sunset with my Thaï Rasta friend ! Changement d'île : KOH MUK. L'arrivée est inoubliable, accostage sur la longue plage de sable blanc de Hat Sivalai, baignée par une eau vert jade et dominée par un relief karstique couvert d'une épaisse forêt. Je suis biensur allé à la THAM MORAKOT (la grotte d'Emeraude), un splendide couloir calcaire de 80 m qui conduit à un horng (une grotte semi-submergée) où des pirates cachaient jadis leurs trésors. Pour y accéder il faut se mettre à l'eau et nager dans le tunnel, en partie dans une obscurité totale jusqu'à la plage de sable blanc entourée de très hautes parois calcaires : ce puits de lumière n'est éclairé par le soleil que vers midi.
Le soir, dîner face à la mer d'Andaman avec un succulent Curry vert suivi d'une mangue fraîche avec son riz gluant, le tout servi avec le sourire ! 3ème et dernière île : KOH KRADAN. Parsemée d'étroites plages de sable blanc, baignée d'une mer chaude et peu profonde, et de reliefs karstiques. Une poche de jungle luxuriante subsiste à l'intérieur des terres où un court chemin passe par le superbe complexe hôtelier Paradise Lost, franchit la crête et mène à Sunset Beach, l'endroit idéal pour une cure de fruits avant d'assister au spectacle avec une petite caipirinha bien fraîche.

La NIPPONISATION des Thaïs. Les DEPACHIKAS des sous-sols des grands magasins ressemblent à s'y méprendre à leurs homologues Tokyoïdes.
C'est un phénomène que j'avais déjà remarqué le 2 ou 3 dernières fois que j'étais venu à BKK. Maintenant cela s'accélère, par la nourriture surtout, mais aussi par les critères de beauté ainsi que la mode vestimentaire.
Bangkok deviendrait-elle un comptoir exotique du Japon ?
On est en droit à se le demander, quelques exemples de restaurants en image pour illustrer mes propos.
Autre choe de très différent : une très bonne idée des Department stores Bangkokiens : Lorsqu'un client effectue des achats importants dans une boutique, celle-ci lui offre, à discrétion, une invitation exclusive dans un "lounge privé" situé dans le centre commercial. Cette invitation lui donne droit à une serviette glacée, un cocktail et des petits gâteaux, confortablement installé dans de moelleux canapés avec une douce musique d'ambiance, cadre très Zen, japonais.
Passage obligé par le BACC (Bangkok Art & Culture Centre) visite de 2 belle expoitions de jeunes artistes Thaïs : Panupong KONGYEN avec son expo L’OBJET et Sakon MATEE avec son expo Art de vivre. Son très beau travail s’inspire de l’art de vivre des sociétés rurales, basé sur des croyances et une foi dans les traditions qui varient d’une province à l’autre, même si certains comportements se retrouvent à travers le pays. Cependant, c’est bien la croyance Bouddhiste qui va guider et motiver les habitants des campagnes dans une vie simple, auto-suffisante et basée sur l’entraide et la générosité. Cet art de vivre est particulièrement présent dans l’ISAN (Nord-Est) région la plus pauvre du pays, ainsi s’est créé la conscience de la fierté d’appartenir à une communauté, l’existence d’une culture locale où les paysans vivent en parfaite harmonie la nature.
Un grand espace pédagogique permet à des enfants de peindre, de faire de la poterie ou du tissage.
Visite du BANGKOKIEN MUSEUM. On y découvre l'intérieur intimiste d'une famille bourgeoise des années 30. Tout est resté tel quel. La propriétaire avait épousé un médecin indien, ils ont eu 5 filles, la 4ème est la propriétaire actuelle, elle a 83 ans. La visite est gratuite, les dons sont refusés. Toutes les explications sont en Thaï et les petites dames qui font visiter sont incollables sur le Bangkok du début du XX siècle. Le pavillon du fond du jardin était destiné à être une petite clinique gratuite pour les indigents du quartier.

February 2019 Back to South Thailand
February 2019 Back to South Thailand
February 2019 Back to South Thailand
February 2019 Back to South Thailand
February 2019 Back to South Thailand
February 2019 Back to South Thailand
February 2019 Back to South Thailand
February 2019 Back to South Thailand
February 2019 Back to South Thailand
February 2019 Back to South Thailand
February 2019 Back to South Thailand
February 2019 Back to South Thailand
February 2019 Back to South Thailand
February 2019 Back to South Thailand
February 2019 Back to South Thailand
February 2019 Back to South Thailand
February 2019 Back to South Thailand
February 2019 Back to South Thailand
February 2019 Back to South Thailand
February 2019 Back to South Thailand
February 2019 Back to South Thailand
February 2019 Back to South Thailand
February 2019 Back to South Thailand
February 2019 Back to South Thailand

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article