Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Voyages, rencontres & aventures

KONYA - Tourner jusqu'à l'extase

12 Septembre 2018 , Rédigé par Fifou d'ailleurs

KONYA est le berceau de l’ordre des derviches tourneurs mais aussi un bastion de la culture seljoukide. Une ville très conservatrice donc mais qui est en plein essor économique et un important pôle universitaire. Les vénérables mosquées et les ruelles labyrinthiques du marché cohabitent dans le quartier d’Alaaddin Tepesi, où les jardins de thé sont fréquentés par des étudiants qui débattent librement de religion et de politique. Vers 2.000 av. JC, les Hittites la nommaient « Kuwanna », puis ce fut Kowania pour les Phrygiens, Iconium pour les Romains et enfin Konya pour les Turcs. Saint Paul et Saint Barnabé vinrent plusieurs fois à Iconium, alors une importante cité régionale. De 1150 à 1300, Konya fut la capitale du sultanat Seljoukide de Roum, qui englobait la majeure partie de l’Anatolie. Les sultans dotèrent la ville de dizaines de superbes édifices, de style turc mais inspirés de la Perse et de Byzance. Aujourd’hui la ville est au cœur du « grenier à blé » du pays. Le musée MEVLANA abritait la loge des derviches tourneurs (mevlevis) ordre soufi inspiré par le grand penseur et poète mystique persan Djalal ad6din Rûmi dit Mevlana (1207-1273)

TOURNER JUSQU'A L’EXTASE : la cérémonie culturelle des Mevlevis, ou SEMA, une danse rituelle qui représente l’union avec Dieu, figure dans la troisième Proclamation des chefs-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité de l’UNESCO. Assister à une SEMA est une expérience évocatrice, exaltante et inoubliable. Ce rituel tient plus de la transe élégante que des démonstrations d’énergie à l’état pur que l’on peut voir chez d’autres ordres Derviches. La longue roba blanche des derviches représente le linceul, l’ample manteau noir leur sépulture et e chapeau conique, leur pierre tombale.

Au début du rituel, le HAFIZ, qui connait le Coran par cœur, entonne une prière à MEVLANA et un verset du livre saint. Puis les cymbales éclatent, suivies par la complainte des NEYS (fl). Ensuite le SEYH (maître) salue et invite des derviches à marcher en cercle dans la salle. Comme les planètes qui tournent autour du soleil Après trois tours, ils laissent tomber leur manteau noir, signe qu’ils sont libérés de toute attache terrestre. Alors, un par un, les bras repliés sur la poitrine, ils s’accroupissent lentement en pivotant, signifiant ainsi leur renoncement à la vie matérielle, afin de renaître dans une union mystique avec Dieu.

Le bras droit levé, paume de la main vers le ciel, leur permet de recueillir la grace du paradis. En tournant sur eux-mêmes, ils forment une constellation de corps animés qui, elle aussi, se déplace lentement en tournoyant. Le SEYH circule parmi les derviches pour s’assurer qu’ils exécutent correctement le rite.

La danse se répète encore et encore. A la fin, le HAFIZ chante à nouveau des versets du Coran, scellant ainsi l’union mystique avec Dieu.

DJALAL AD DIN RUMI

Le sultanat seljoukide de Roum accueillit l’un des plus grands poètes et penseurs mystiques de tous les tempps en la personne de Djalal ad Din Rumi. Les musulmans vouent un profond respect aux poèmes et aux écrits de celui-ci, rédigés en perse (langue littéraire de l’époque). Le poète se fit par la suite appeler MEVLANA (notre Maître) par ses fidèles.

Djalal ad-Din Rûmi naquit en 1207 à BAKIH (Afghanistan). Sa famille fuyant l’invasion des Mongols, chercha refuge à La Mecque, puis dans le sultanat de Roum, avant de s’installer à Konya en 1228. Rûmi entrepris de brillantes études de théologie islamique, marchant ainsi sur les traces de son père, Bahaeddin Veled, célèbre imam surnommé le Sultan des Erudits. Après le décès de ce dernier, en 1231, il partit étudier à Alep et à Damas, puis revint vivre à Konya en 1240. Il rencontra en 1224, Sems-i Tebrizi (Shams), l’un des disciples soufis (mystiques musulmans) de son père. La rencontre fut déterminante pour les deux hommes. Djalal ad-Din Rûmi prit Shams pour maître. Après la mort tragique de ce dernier en 1247 (il aurait été assassiné par des admirateurs de Rûmi jaloux de son influence), Rûmi se réfugia dans la méditation et délivra sa plus grande œuvre, le MATHNAWI (ou MESNEVI), un théodicée de plus de 25.000 vers. On lui doit aussi de nombreux poèmes RUBA’I (quatrains) et GHAZAI (odes), dont certains ont été traduits en français.

La tolérance se trouve au cœur des enseignements de Mevlana, comme en témoigne ces vers :

Viens, qui que tu sois, viens,

Viens, infidèle, idolâtre ou païen, viens,

Nous ne sommes point une confrérie chagrin,

Viens, même si cent fois tu as parjuré, viens.

Rûmi mourut le 17 décembre 1273, date désormais surnommée sa « nuit de noces », car c’est alors qu’il s’unit enfin avec Allah. Son fils, Sultan Veled, organisa ses disciples en confrérie, les Mevlevis, ou derviches tourneurs. Au cours des siècles qui suivirent la mort de Mevla, plus d’une centaine de loges de derviches fleurirent dans tout l’Empire ottoman. A l’époque, ces loges exerçaient une forte influence sur la vie politique, sociale et économique du pays : de nombreux sultans ottomans étaient des soufis de l’ordre des Mevlevis. Atatürk, qui considérait les derviches comme un obstacle à l’évolution de la Turquie, interdit le soufisme en 1925. Quelques ordres subsistèrent malgré tout sous forme de communautés religieuses. La loge de Konya fut rouverte en 1957 en tant qu’ »association culturelle », afin de préserver la tradition historique.

KONYA - Tourner jusqu'à l'extase
KONYA - Tourner jusqu'à l'extase
KONYA - Tourner jusqu'à l'extase
KONYA - Tourner jusqu'à l'extase
KONYA - Tourner jusqu'à l'extase
KONYA - Tourner jusqu'à l'extase
KONYA - Tourner jusqu'à l'extase
KONYA - Tourner jusqu'à l'extase
KONYA - Tourner jusqu'à l'extase
KONYA - Tourner jusqu'à l'extase
KONYA - Tourner jusqu'à l'extase
KONYA - Tourner jusqu'à l'extase
KONYA - Tourner jusqu'à l'extase
KONYA - Tourner jusqu'à l'extase
KONYA - Tourner jusqu'à l'extase
KONYA - Tourner jusqu'à l'extase
KONYA - Tourner jusqu'à l'extase
KONYA - Tourner jusqu'à l'extase
KONYA - Tourner jusqu'à l'extase

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Exam Pitara Latest Upcoming Government Job 05/12/2019 05:48

Exam Pitara provide latest & upcoming Government Job 2020 Notifications for Recruitments in SSC, UPSC, Banks, Railway, IBPS, Clerk & all Public & Private Sector. Get All Sarkari Naukri, Government Jobs recruitment & results Notifications from Exam Pitara.