Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Voyages, rencontres & aventures

122ème pays visité : MONTENEGRO 123ème pays visité : ALBANIE

2 Juin 2018 , Rédigé par Fifou d'ailleurs

LES BOUCHES DE KOTOR (Boka Kotorska) sont le joyau national. Seul et unique fjord méditerranéen, il n’a rien a envier à ses cousins Norvégiens. Flanqué de montagnes escarpées et émaillé de vestiges d’un passé riche d’influences multiples. Les eaux de la baie vont du vert émeraude au bleu outremer en passant par toute une gamme de nuances.

KOTOR : Blottie entre des montagnes ténébreuses et les eaux changeantes d’un recoin de la baie, la ville de Kotor est aussi belle que son écrin. Edifiés à partir du IX siècle – et remaniés jusqu’au XVIII siècle – ses remparts massifs grimpent à l’assaut des parois rocheuses abruptes en surplomb, se fondant pratiquement avec le gris des calcaires de la montagne quand on la regarde de loin. Superbement éclairés la nuit, ils viennent alors se refléter dans l’eau et plongent la ville dans un halo doré. A l’intérieur des murailles, on découvre un dédalle de ruelles pavées avec des placettes cachées, bordées d’églises, de petits bars et de restaurants. La ville a été fondée par les romains sous le nom d’Acruvium, Kotor fut intégrée à la province de Dalmatie, mais la ville telle qu’on la connait aujourd’hui doit beaucoup aux 400 ans d’occupation vénitienne – elle s’appelait alors CATTARO. Intégrée une première fois au Monténégro en 1813, elle fut promptement remise à l’Autriche et demeura dans son giron jusqu’à la fin de la Première Guerre Mondiale. Catholiques et orthodoxes ont cohabités harmonieusement dans cette région, mais les premiers qui représentaient 51% de la population en 1900, ne sont plus que 18% de nos jours.

RISAN : Il s’agit de la plus ancienne cité des bouches de Kotor puisqu’elle remonte au III siècle av. JC. La reine illyrienne TEUTA se retrancha ici durant l’invasion romaine et fit de la petite ville fortifiée sa capitale. Vaincue, Risan vit fleurir sur ses rivages de somptueuses villas, dont une vaste demeure avec de belles mosaïques qui furent mises à jour en 1930. Le sol de la salle à manger est décoré de fleurs, d’herbes, de vignes et de calamars, tandis que d’autres pièces présentent de savants motifs géométriques. Point d’orgue de la visite, la chambre est ornée d’un superbe Hypnos (dieu grec du sommeil) représenté allongé sur un coussin. Dans le jardin en face, il y a une jolie église orthodoxe de 1796, l’église St Pierre et St Paul.

PERAST : A des allures de petit Venise qui aurait dérivé dans l’Adriatique et se serait ancré dans la baie. La ville bruit du souvenir mélancolique de l’époque où elle faisait figure de riche et puissante cité. Cette ville minuscule organisée autour d’une seule rue ne renferme pas moins de 16 églises et 17 palais autrefois somptueux. Si certains ne sont plus aujourd’hui que d’étranges ruines d’où surgissent bougainvillées et figuiers sauvages, d’autres bénéficient de la vague de rénovation qui déferle sur la ville. Le petit musée de PERAST occupe un ancien palais avec un superbe balcon qui domine la baie. On y découvre 2 îles pittoresques : SVETI DORBE (St Georges) la plus petite est un récif naturel abritant un monastère bénédictin bâti à l’ombre des cyprès. GOSPA OD SKRPJELA (Notre Dame du récif) est un îlot artificiel élevé au XV siècle autour d’un rocher sur lequel serait apparue une icône de la Vierge. Le 22 juillet, une procession de barques colorées où les garçons des grandes familles se tiennent, apportent des pierres sur l’île. Il y a aussi une régate de 2 jours et des danses traditionnelles.

BUDVA : Lieu emblématique du tourisme monténégrin, Budva – avec sa charmante Stari Grad (vieille ville) et ses nombreuses plages a beaucoup à offrir. Malheureusement la ville s’est beaucoup développée et en haute saison, les plages sont envahies de touristes russes et ukrainiens en voyage organisé tandis que les nouveaux riches amarrent leurs yachts somptueux dans la marina surveillée. La vieille ville a des airs de petit Dubrovnik avec ses rues pavées de marbre à l’abri des remparts qui surplombent une eau claire. On aperçoit toujours les vestiges de l’emblême de Venise, le lion ailé de St Marc, au-dessus de la porte principale. Une grande partie de la vieille ville a été dévastée par deux tremblements de terre en 1979, mais elle a été entièrement reconstruite. La place des églises (Trg Izmedu Crkava) se trouve en contrebas de la citadelle. On y trouve l’église de la Sainte trinité et ses jolies fresques, l’église catholique Saint Jean qui servi de cathédrale jusqu’en 1828 et deux minuscules églises construites sur les murailles de la ville (Sainte marie de Punta et Saint Sava). Monastère de PODMAINE sur les pentes étonnamment paisibles du nord de la ville, ce monastère arbore des bandes de pierre rose et miel (comme l’église de la Sainte trinité de la vieille ville). A l’intérieur, une fresque du Jugement dernier représente le sort réservé aux damnés (au nombre desquels un officier communiste en uniforme militaire avec une étoile rouge), par exemple être mangé vivant par un poisson.

LE MYTHE DE L’ORIGINE DE BUDVA : La fondation de Budva est célébrée par un drame mythologique de la Grèce antique. Cadmos était le fils d’Agénor, roi de Phénicie (actuels Liban, Syrie, Israël et Palestine) et le frère de la belle Europe dont s’éprit Zeus, le roi des dieux. Europe devait aimer le bétail puisque Zeus se métamorphosa en taureau pour la séduire. Caché dans le troupeau de son père, il attendit qu’Europe le remarque, lui caresse le flanc et le chevauche. Il l’emmena alors en Crète, où il reprit sa forme divine avant de s’accoupler avec elle (pour Zeus, la frontière entre séduction et vio ; était mince). Europe devint la première reine de Crète et donna son nom à un continent entier.

Envoyé à la recherche de sa sœur, Cadmos promit de ne pas revenir sans elle, mais il ne trouva pas. Il finit par fonder la cité grecque de Thèbes, qu’il peupla d’hommes courageux nés des dents d’un dragon d’eau sacré qu’il avait tué. Il épousa Harmonie au cours de noces extraordinaires dont les magazines people d’aujourd’hui parleraient pendant des semaines, et qui réunirent plusieurs immortels.

Cependant, tuer un dragon d’eau sacré porte malheur. Cadmos et Harmonie durent donc atteler leurs bœufs et partir recommencer leur vie ailleurs. Plus lin, au nord-ouest, ils fondèrent une nouvelle cité (cette fois sans l’aide des dents de dragon), qu’ils appelèrent BOUTHOE (d’où découle BUDVA), du mot grec désignant les bœufs.

Mais la malchance ne les quitta pas, et Cadmos fut surpris à se plaindre : si les dieux aimaient tant les créatures couvertes d’écailles, alors il souhaitait en être une. Les dieux qui ne manquaient pas d’humour noir, s’exécutèrent – et le changèrent immédiatement en serpent. Harmonie supplia d epouvoir subir le même sort, et ils vécurent ainsi, heureux, en rampant ! ! !

MONASTERE DE REZEVICI : L’hospitalité a toujours été primordiale dans ces charmants bâtiments en pierre, au nord de Petrovac. Jusqu’au XIX siècle, les PASTROViCI laissaient toujours une bouteille de vin pour d’éventuels passants. Le roi Etienne 1er Nemanjic, premier de la dynastie serbe des Nemanjic compta au nombre de ceux-ci en 1226. Il fonda le plus petit édifice du monastère, l’église de la Dormition (Crkva Upsenja Bogorodice). Une fois la vue adaptée à la pénombre, on découvre de jolies fresques sur les murs, celles de l’église de la Sainte Trinité, plus grande ont été restaurées dans les années 1970. Les deux églises sont plutôt en bon état malgré les dégâts des armées ottomanes, françaises et italiennes.

DROBNI PIJESAK : dissimulée dans une crique isolée entre Sveti Stefan et Rijeka Rezevisi, Drobni Pijesak est une étendue de 240 m de « sol sablonneux » (traduction littérale de son nom) entourée de collines verdoyantes et frangée d’une eau turquoise. Chaque année, le 28 juin, les descendants des 12 clans Pastrovic y organisent le BANKADA, un conseil communal dont la tradition remonte au XVI siècle. Aujourd’hui les thèmes traités sont la restauration et la préservation des coutumes de la tribu, la préservation environnementale et le développement économique. La journée se termine par une fête consacrée aux arts et au folklore.

STEVI STEFAN : L’’émerveillement est à son comble lorsque l’on découvre la pittoresque Stevi Stefan. Cette petite île compte de nombreuses maisons de pierre au toit de tuiles, construites au XV siècle. Une chaussée surélevée la relie au rivage mais elle ne se visite pas, c’est un hôtel de luxe (de 1.200€ à 8.000€ la nuit), le groupe AMAN e est propriétaire. Même l’accès à la plage est payant (120€)

Promenade en sous-bois pour PRZNO : joli village avec sa plage de sable rouge et une ruine mystérieuse sur une petite île escarpée.

FORTERESSE DE HAJ NEHAJ : Anciens joueurs de DONJONS et DRAGONS ou amateurs de vieilles ruines, les remparts isolés de la forteresse HAJ-NEHAJ sont des incontournables. La forteresse fut construite au XV sièclle par les Vénitiens pour défendre leur frontière sud contre les Turcs ottomans que les conquêtes avaient amenés jusqu’à la rivière qui se jette sur la plage de SUSANJ dans la partie moderne de Bar. On y accède par un joli chemin très abrupt en sous-bois, parfois difficile à distinguer. En arrivant enfin devant le portail, on se demande comment  de telles fortifications ont pu être érigées sur des parois aussi abruptes. A l’intérieur de vastes ruines se laissent découvrir, s’élevant au-dessus d’un lit de sauge et de fleurs sauvages. Au sommet, l’église SAINT DEMETRIUS (Crkva  Sv Dimitrija) date du XIII siècle, avant le fort donc. Elle disposait autrefois de deux autels distincts, l’un catholique, l’autre orthodoxe.

STARI BAR : L’impressionnante vieille ville de Bar occupe un promontoire à 4 km de Bar. On découvre une vaste étendue de ruines couvertes de vignes et des rues abandonnées envahies de végétation. Les poteries et le métal découverts laissent penser que les Illyriens auraient fondés la ville autour de l’an 800 av. JC. Au X siècle, la ville byzantine était appelée ANTIVARI car elle est située à l’opposé de la ville italienne de BARI. Elle est passée tour à tour sous contrôle slave et byzantin jusqu’à ce que les Vénitiens s’en emparent en 1443 et la contrôlent avant d’être à leur tour chassés par les Ottomans en 1571. Les 240 édifices sont désormais presque tous en ruine suite aux bombardements des Monténégrins qui s’emparèrent de la ville en 1878. La forteresse date du XI siècle, la cathédrale Saint Georges avait été transformée en mosquée par les Turcs au XVII siècle mais l’édifice fut dévasté après une explosion accidentelle de poudre à canon. La région est riche de 100.000 oliviers dont la plupart ont 1.000 ans,  à 2 km de là, on trouve le STARA MASLINA (vieil olivier) de 2.000 ans, probablement l’arbre le plus âgé du continent européen. Un cercle de pierres blanches délimite son espace vital et le protège.

ULCINJ : ambiance albanaise avec 61% d’albanais, élégants minarets lui donne un air oriental. La STARI GRAD (vieille ville) est assez délabrée depuis le tremblement de terre de 1979. Porte supérieure et petit musée. Plage de VELIKA PLAZA de 12 km de sable fin.

GJIROKASTRA 600 maisons ottomanes, forteresse, vallée Drina à l’intérieur des terres. La maison ZEKATE (1811-12) porte le nom de la famille ZEKO, elle fût offerte par ALI PASHA à BEQIR ZEKO, sur le côté on voit le ZANAPA dont le RDC était pour les chevaux et le 1er étage pour les serviteurs. La maison principale compte 4 étages, le 1er est le KATOQI (entrepôt pour conserver le bois de chauffage, les céréales, l’huile d’olive, etc) une autre salle plus basse d’1 mètre (donc plus fraiche) servait de garde-manger, on y trouve également le MUSLLUKU (une citerne pour récupérer l’eau de pluie) Au 2ème étage on trouve un salon pour les filles, à noter que des cachettes existent sous les sofas et dans le mobilier pour dissimuler les bijoux. Le 3ème étage est occupé par 2 chambres pour les invités et un salon de réception. Le 4ème étage, est réservé au chef de famille et à ses invités de marque, le grand salon est réservé pour les cérémonies et les mariages. A chaque étage on trouve des toilettes et des hammams. Le sol se compose parfois de dalles noires avec des interstices rouges pour rappeler le drapeau albanais. Dans chaque pièce on trouve une cheminée (signe de richesse) Au dernier étage on trouve aussi le KAMERJE (balcons panoramique avec divans) cela permettait de surveiller le travail des paysans dans les champs.

BURTINT site archéologique & forêt profonde face Corfou, près de SARANDE. Ancien port à l’antiquité, le site archéologique a été mis à jour par la Mission Italienne sous la direction de Luigi Maria Ugolini qui y travailla pendant 10 ans. BUTRINT offre un remarquable voyage dans le temps depuis le VIII siècle av. JC, la cité a gardé des bâtiments des époques Grecque, Romaine, Byzantine, Vénitienne et Ottomane.

Selon la mythologie classique, la ville de BUTHROTUM a été fondée par des exilés de la cité de TROIE. Dans son poème épique « Aeneid », le poète latin Virgile cite Aeneas qui visité Butrint lors de son voyage vers Rome. Au IV s av. JC la cité était protégée par un mur d’enceinte et progressivement, elle devint un lieu de culte. Un temple dédié à Asclepius, le dieu de la médecine a été construit sur le versant sud de la colline de l’acropole. Une inscription du IV siècle av. JC sur un gradin du théâtre explique que sa réalisation fut possible grace à des donations de fidèles à ce temple. Le géographe Hecataeus de Millet décrit Buthrotum comme un important port de commerce sur l’Adriatique. En 228 av. JC. Butrint passa sous contrôle romain avec sa province de Macédoine. Etablit par Jules césar, la Colonia Iulia Buthrotum s’est considérablement développée sous le règne d’Auguste. Un nouveau mur d’enceinte fut réalisé car la ville s’est enrichie de nombreux bâtiments (temples, forum, théâtres, fontaines, thermes et de superbes villas). Un nouvel acqueduc fut achevé et un pont reliant les deux rives du canal de Vivari. Au V siècle Butrint devint une résidence épiscopale. Des monuments chrétiens primitifs virent le jour : un grand baptistère mais surtout une magnifique basilique du début du VI ème siècle. On a retrouvé les restes de 8 églises, en particulier un édifice monumental dans la plaine de Vrina. Au début du XIXème siècle, même si les remparts avaient été renforcés au cours des siècles, Ali Pasha établit une forteresse pour assurer la protection contre les envahisseurs français. A la mort d’Ali Pasha, Butrint passa sous contrôle Ottoman jusqu’à la déclaration d’indépendance. Butrint est inscrite au patrimoine Mondial de l’humanité par l’UNESCO depuis 1992.

DRYMADESDHËRMI (côte Ionienne) et LLOGARAJA N.P eaux émeraude

SKANDERBEG : Héro national, prince albanais du XV siècle, grand résistant aux Ottomans. En tant qu’enfant d’un prince albanais Pollog il a été pris en otage par les turcs et s’est avéré être un excellent chef militaire. Il a ensuite rejeté l’islam et défendu la chrétienté dans les Balkans. Il combat les troupes du sultan Mourad II et Mehmet II pendant 23 ans ! Le pape est sensible à ces succès militaires et il obtient de l’argent, du ravitaillement et même des troupes notamment de la part d’Alphonse le Magnanime. Il meurt de façon naturelle en 1468 à Lezhë et son armée réussit à contenir les turcs encore 12 ans avant qu’ils n’envahissent l’Albanie et l’Italie avec la prise d’Otrante.

ALI PASHA : Gouverneur de l’Epire pour l’empire Ottoman, il a tenté d’obtenir l’indépendance au début du XIX siècle. Fin diplomate, il joua avec les uns et les autres pour tirer son épingle du jeu en jouant de son influence après avoir combattu les français aux côtés des russes. Il tenta de faire assassiner Ismaël Bey mais échoua et ses hommes le dénoncèrent sous la torture. Les turcs lui retirèrent son titre de pasha de l’Epire et il choisit la révolte en 1820. Croyant pouvoir obtenir le pardon des ottomans il se rendit à Ioannina mais fut tué au combat, sa tête momifiée envoyée à Istanbul !

ENVER HOXHA : fondateur du parti communiste albanais, il dirigea le pays de 1945 à sa mort en 1985. D’abord allié des soviétique, soutien inconditionnel de Staline, il rejoignit les chinois puis les vietnamiens. Sa dictature est considérée comme une des plus répressives de l’histoire contemporaine européenne. Camps de travail, camps de déportation, 30% des albanais ont eu affaire à la police politique (la SIGURIMI), des milliers d’enlèvements, tortures et exécutions sommaires eurent lieu sous son régime. Il fait exécuter 170 cadres du parti et déclare l’Albanie, le premier pays athée au monde (en 1991 il ne restait que « à prêtres catholiques vivants contre 3.000 en 1944). Le pays en sort totalement isolé et dans un état de pauvreté incroyable.

MERE THERESA : Née en fait en Macédoine, cette missionnaire en Inde, à Calcutta, prix Nobel de la paix en 1979 est connue pour son action caritive et la fondation d’une congrégation religieuse, les Missionnaires de la Charité. Béatifiée en 2003 par Jean Paul II et canonisée en 2016 par le pape François.  Elle s’est occupée des enfants des rues et a ouvert le mouroir de Kalighat à Calcutta. Elle passa 40 ans à se consacrer aux pauvres, aux mourants et aux laissés pour compte.

 

 

 

122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
122ème pays visité : MONTENEGRO                   123ème pays visité : ALBANIE
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article