Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Voyages, rencontres & aventures

2010 décembre Sud Brésil

11 Juin 2015 , Rédigé par Fifou d'ailleurs

2010 décembre Sud Brésil

SIERRA DE MANTIQUEIRA Décollage d’Orly avec du retard sur la TAP car les autorités aéroportuaires n’avaient pas anticipées sur le déneigement des pistes, c'était a prévoir puisque c'était la toute première fois qu il neigeait en hiver sur Paris ! En arrivant a Sao Paulo, Elcio et son ami Hector (Urugayen) m’attendaient depuis plus de 3 heures, nous avons pris la voiture pour aller directement dans un superbe massif de petites montagnes. On appelle ces grosses collines, la Suisse Brésilienne, il s’agit du massif de Mantiqueira. Nous avons suivi la "Route des Eaux", un ensemble de stations thermales du 19eme siècle entre rivières et moyenne montagne dans un décor très bucolique. Nous sommes arrivés à la première Ville d’Eau : Sao Lourenco. Petites villes très sympa avec ses termes, kiosques à musique, fontaines d’eau minérale et son jardin botanique avec des arbres aux curieuses racines. Ainsi que de superbes fleurs, un peu comme des arômes, mais cela n’en est pas. Le lendemain, après une nuit réparatrice et sans trop de décalage horaire (seulement 3 heures) nous sommes allés dans un très bel endroit avec de nombreuses cascades pour se baigner dans des piscines naturelles en pleine nature, a Baependi, mais il a fallu faire 25 km sur un chemin de terre, heureusement, Elcio conduit très bien et il va surtout très vite sur les routes brésiliennes en sachant éviter les nids de poule. C’est un endroit très tranquille, il n’y avait que quelques nageurs et des vaches au bord de l’eau. Apres le pique-nique et la baignade, nous avons continue pour la charmante petite ville de Caxambu. C'est un très bel endroit avec un Parc des Eaux plein de fontaines d'eaux aux saveurs différentes ainsi qu'un bâtiment avec soins thermaux et bassin de remise en forme. Dans la ville, nous avons trouvé un hôtel magnifique et très bon marche, un ancien Palace-hôtel de 1896 au charme désuet avec un décor poussiéreux a souhait. Les chambres sont immenses et il y a une "pré-chambre" pour la domestique avec une porte communicante pour la chambre des enfants sans doute. A mi-étage, au-dessus du restaurant grandiose, on trouve des ouvertures discrètes qui donnent sur un restaurant plus rudimentaire, celui des domestiques qui restaient attentifs a leurs maitres ou maitresses en cas de besoin pour intervenir rapidement. L'endroit était vraiment très agréable un voyage dans le temps en plus du voyage au Brésil et en plus le staff de l'hôtel était souriant, jeune et sympa. PALACE HOTEL CAXAMBI Vraiment cet hôtel est un voyage dans le temps extraordinaire. Voilà a quoi il ressemblait au moment de son âge d’or. Pour en savoir davantage sur l’histoire de l’hôtel, voir le site officiel : http://www.palacehotel.com.br/ On ne voyait que lui en ville, vraiment impressionnant. De nos jours, voici l’entrée : Les chambres sont vraiment grandes, voici la Pre-chambre de la servante avec un lit minuscule. Pour se laver les mains, en entrant dans la salle à manger, un lavabo majestueux.

Bon, maintenant je suis arrivé à CURITIBA dans l’état de PARANA mais je n’irai plus aux chutes d’Iguazu déjà visitées une demi-douzaine de fois, ce matin ce sera le Musée oscar Niemeyer (urbaniste de Brasilia et grand architecte brésilien) puis l’opéra de Arame et le centre historique. Ce soir réveillon, joyeux Noel ! CAXAMBI & CURITIBA (PARANA) Voici donc le bois qui a donné son nom au Brésil = PAU BRASIL des Portugais, en arrivant par la mer, les troncs et branchages semblaient être de "braise" (braz en Portugais) d'où le nom BRASIL. Avant de quitter la Route des Eaux, nus sommes montés en téléphérique au sommet d'une grosse colline du centre de Caxambi. Montée impressionnante, mais ça en valait la peine ! Bus de nuit pour CURITIBA, capitale du PARANA. Le Parana s'est séparé de l'état de Sao Paulo en 1853. Le niveau de vie et l'instruction y sont parmi les plus élevés du Brésil. Les fondateurs du Parana sont venus par vagues (Allemands, Italiens, Polonais, Lithuaniens et Ukrainiens) ils ont développés de petites fermes familiales et non pas d'immenses plantations assurant ainsi un ordre social relativement juste et démocratique et en menant dès le départ une politique sociale avant-guardiste. Les plages de l'état du Parana sont parmi les plus belles du Brésil, elles s'adossent à la silhouette majestueuse de la Serra do Mar qui s'enfonce jusqu'au Planalto, le haut plateau de l'arrière pays. Les Portugais sont peu restés dans la région, surtout après les découvertes d'or et de pierres précieuses plus au nord, dans le Minas Gerais au XVIIIème S. Le Parana s'est lancé dans l'élevage et la culture de l'Erva Maté (plante locale dont les feuilles torréfiées sont consommées en infusion "thé du Brésil". Non, les graines rouges, ce n'est pas du maté. A droite, c'est une patinoire en plein air, avec une température de 34°C quoi de plus naturel ?

CURITIBA n'est ni snob, ni aguicheuse mais ses habitants bénéficient d'une qualité de vie inégalée au Brésil. Entre les année 1970 et 1980, le dynamisme de l'économie locale a permit de faire des miracles. La municipalité a baissé les prix des transports publics (quasiment gratuits) et les ont multipliés pour convaincre les citadins d'abandonner leur voiture. La ville a adopté une approche novatrice pour remédier aux maux urbains comme la pauvreté et la pollution, en proposant des solutions aux sans-abris. Des points d'accès Internet gratuits ont été créés partout en ville. L'OPERA DE ARAME est un endroit étonnant. C'est une salle de spectacle de tubes métalliques, d'acier et de verre, posée sur un petit lac naturel, entouré de cascades, au milieu d'un immense parc. On y accède par la passerelle ci-dessus. J'imagine qu'il doit être agréable d'aller et de quitter un spectacle dans un cadre aussi enchanteur, la nuit. Le CENTRE CIVIQUE est le siège du gouvernement fédéral, joli bâtiment entouré de fresques contemporaines. MUSEU NIEMEYER à CURITIBA C'est le plus célèbre et le dernier-né des musées d'art contemporain du Brésil. Conçu par l'architecte qui a imaginé BRASILIA et dont il a pris le nom. L'édifice étonnant, en forme d'oeil, arbore une façade aux couleurs acidulées ornée de danseurs. On y trouve des oeuvres d'artistes brésiliens, exposés par roulement et une collection permanente d'ouvres majeures du XXème et XXIème S. A gauche, l'entrée entre deux plaques de béton, très "Nimeyerienne" à droite, Romuald SIMON, jolies sculptures colorées. Puis un vibrant hommage à MAGDA FRANCK et ses mystérieux totems, j'ai appris qu'elle était originaire de Transylvanie. A droite une magnifique création de mobilier, pure design Puis ces deux toiles que j'ai adorées, d'une artiste portugaise ayant vécu très longtemps à Paris (pendant la dictature de Salazar) MARIA HELENA VIEIRA DA SILVA. Elle a été récompensée par quelqu'un de bon goût. Une magnifique visite......

LA SERRA VERDE EXPRESS Depuis la plate Curitiba, on distingue à peine une ondulation à l'horizon. Difficile d'imaginer qu'à quelques dizaines de kilomètres vers l'est, se dressent des sommets couverts de jungle, d'où la vue plonge vers la Baie de Paranagua et plus loin, l'océan Atlantique. La raison en est que Curitiba est située au-dessus des montagnes, sur ce que l'on appelle le PLANALTO (haute plaine). A l'approche de la mer, la plaine s'interrompt et se brise en formant l'étonnant paysage de la Serra do Mar. Même si elle est très belle, cette "forêt Atlantique" a longtemps été un frein à l'économie puisqu'il fallait deux jours pour acheminer les marchandises jusqu'au port d'Antonina, à 73 Km. Finalement, en 1885, des investisseurs brésiliens transformèrent le rêve en réalité, en ouvrant une ligne de chemin de fer entre Curitiba et la mer. Les ingénieurs conçurent 67 ponts et viaducs, creusèrent 13 tunnels dans des parois de granit et tracèrent les voies le long d'escarpements vertigineux. Le train qui les parcourt aujourd'hui, le SERRA VERDE EXPRESS transporte des touristes stupéfaits par les paysages grandioses. De Curitiba à Morretes, le panorama est sublime et révèle des canyons vertigineux, puis la plaine tropicale avant de déboucher sur MORRETES puis plus loin, l'immensité Atlantique. Au fil de la descente, le climat et l'environnement changent, l'air devient plus chaud et humide, la végétation tropicale plus dense encore. Les paysages spectaculaires sont traversés de dizaines de cachoieras (cascades) et chutes d'eau au milieu de la jungle. De magnifiques paysages jusqu'à MORRETES, fondée en 1721 sur les bord du Rio Nhundiaquara (dans lequel on pêche des crabes). Même le Père Noël était du voyage ! Mais a fallu déjà penser au retour vers CURITIBA. Et repasser par les étroits ponts au-dessus de la canopée (à droite) P.N de VILA VELHA Dans la région de Campo Gerais, à 93 km de Curitiba, se trouve un curieux ensemble de formations géologiques.

VILLA VELHA est surnommée "la ville de pierres" en raison des 23 aretinhas (pilliers de grès) de son parc, façonnés par des millions d'années d'érosion. L'ocre offre un relief saisissant avec la végétation et le ciel. A droite, on dirait un moule pour une bouteille de Coca Cola. La promenade entre les pilliers prend environ 40 minutes. Le plus remarquable est : "la tasse" Après cette première partie, un mini-bus m'a emmené aux FURNAS (cratères) fruits de l'érosion souterraine, Le guide donne des explications complètes sur l'origine de ces cratères de 54 m de profondeur. Puis nous allons à la LAGOA DORADA, superbe lac abritant une multitude d'oiseaux. Retour à CURITIBA et bus pour JOINVILLE, arrivée à 21 heures. SPRECHEN SIE PORTUGUES ? Bus de CURITIBA à JOINVILLE. Cette ville abrite, avec BLUMENAU, une forte communauté Allemande du XIXème siècle. Les premiers immigrants allemands arrivèrent dans les années 1820 sur ordre de l’empereur Pedro 1er. Le sud du tout jeune Brésil indépendant était encore très convoité par l’Argentine, l’Uruguay et le Brésil, et l’empereur voulait peupler la région avec une population dépendant de ses bonnes grâces. Plusieurs vagues d’immigrants débarquèrent dans les années 1850 et 1890, et plus tard encore, pendant et après les deux conflits mondiaux. Contrairement à la rumeur persistante, les Allemands arrivés dans les années 1940 comptaient bien plus de réfugiés politiques et économiques que de chefs nazis en cavale. Pendant un siècle, l'allemand a été la langue dominante en de nombreux points du Brésil méridional. En réalité, ces immigrants venus de régions très diverses de l'Allemagne parlaient différents dialectes et se trouvaient confrontés à une sorte de Babel linguistique à l'intérieur de leur propre communauté. Si bien qu'ils utilisaient un créole truffé d'emprunts au portugais et aux langues amérindiennes. Les italiens, confrontés au même problème, avaient créé un "taliaé, un amalgame de divers dialectes où prédominait celui de la Vénétie. Le XXème siècle porta un coup à la pratique de l'allemand. Les guerres mondiales provoquèrent son interdiction dans les institutions publiques, qu'il s'agisse de l'école ou de l'administration. L'industrialisation et l'intégration économique croissante de la région resserrèrent les liens avec les lusophones. Enfin, l'avènement de la radio et de la télévision, dominés par les chaines nationales, renforça l'usage du portugais, surtout parmi les jeunes.

La ville de POMERODE fait exception à la règle. Près de 80% de sa population parlent encore allemand couramment. Pourquoi ? D'abord, la ville est restée plus longtemps isolée de ses voisines. Ce n'est guère que depuis une vingtaine d'années qu'une route décente la relie à BLUMENAU. En outre, le dialecte de POMERANIE étant la langue commune à presque tous les premiers colons, ils n'avaient aucune raison d'utiliser le portugais comme lingua franca. Enfin, ces colons étaient majoritairement luthériens ; l'allemand est demeuré la langue du culte. De nos jours, la tendance est à la préservation du bilinguisme des communautés. Voici un bel arbre couvert de plantes parasites dont le philodindron, que l'on appelle en portugais "les côtes d'adam" Joinville est une petite ville agréable, même s'il n'y a pas grand chose à y faire, à part le musée de l'immigration allemande et pour les amateurs, la fête de la bière !

Je reprends un bus pour FLORIANOPOLIS FLORIANOPOLIS ILHA DE SANTA CATERINA Route vers le sud, l'autoroute longe la mer, dans l'état du Santa Catarina. La ville de FLORIANOPOLIS est très agréable, elle se compose de 2 parties, une sur le continent (plutôt industrielle et commerciale), l'autre plus authentique, sur l'île de Santa Catarina, Les deux sont reliées par deux ponts, le moderne et l'ancien qui est fermé à la circulation mais qui conserve beaucoup de charme. Sur l'avenue BEIRA MAR (bord de mer) on trouve de nombreux restaurants, le quartier est assez chic avec de beaux immeubles, protégés par des caméras et des vigiles en uniformes. Un des restaurants est Japonais, il s'appelle MIYOSHI ! Le reste de la ville fait très portugais, les illuminations de Noël lui donne un air de fête très sympa. Je fais un grand tour en ville car je loge au cœur de la vieille-ville dans l'auberge de jeunesse. Puis je passe dans une agence de voyages : PONTE AEREA pour trouver un hôtel à RIO pour le réveillon et un billet d'avion pour y accéder mais malheureusement, il semble obligatoire d'acheter un "package de 3 ou 4 nuits minimum" aucun hôtel ne vend une nuit seulement pour le 31 décembre. Finalement, le vendeur (Caio), me trouve un super billet à un prix bon marché de Porto Allegre à Rio pour le 1er janvier, donc c'est décidé, je passerai le réveillon à Porto Allegre dans le Rio Grande do Sul. Muito obrigado Caio para esta passagem bem barata ! E feliz ano novo 2011 para vocé ! Le lendemain, je me décide pour aller découvrir les plages de l'île. Le nord est très construit, hôtels anonymes en quantité, surpopulation touristique, alors que le sud est beaucoup plus tranquille et authentique.

Je prends le bus pour LAGOA DE CONCEICAO, près d'une lagune au centre de l'île. Les distances ne sont pas énormes mais ça roule assez mal, il y a trop de voitures, ce qui créé d'énormes embouteillages. Les touristes sont coincés dans leurs voitures pendant des heures pour faire une dizaine de kilomètres, on va bien plus vite à pied. On trouve de nombreux magasins à Lagoa de Conceiçao. Ici c'est un magasin de meubles, je n'ai pas rapetissé, c'est la chaise qui est bien grande. Les flamboyants sont en fleurs, le long de la route qui longe la lagune, il y a des dizaines de boutiques et de restaurants. Quand je pense que ça c'est la partie la plus "tranquille" de l'île ! ! ! Qu'est-ce que ce doit être au Nord ? En quittant la lagune, on passe un "morne" en pleine nature, il y a moins de monde. C'est très joli mais il fait chaud pour marcher au bord de la route, la température passe les 34°C ! Des bateaux proposent des sorties en mer pour quelques heures. Je continue de marcher puis je commence à faire du stop, la première voiture s'arrête pour m'amener à destination, c'est un Carioca (habitant de Rio) qui est en vacances : Les plages sont très belles, celle de JOAQUINA avec ses immenses dunes de sable blanc et fin comme de la farine, mais aussi celle de MOLE et plus au sud celle de CAMPECHE. Parfois, face à la mer, perdue au milieu d'une épaisse forêt, on devine une belle villa avec de magnifiques terrasses. D'autres au contraire, sont "pieds dans l'eau" avec un ponton privé pour le bateau, idéal pour les vacances : Je termine mon tour de l'île mais je commence à m'inquiéter, mon pied (je suis tombé à cause d'un trou dans le trottoir à Sao Lorenço) me fait mail et le gel pour soulager la douleur ne fait rien, je crains que ce ne soit pas seulement musculaire mais qu'il y a une fracture, demain, j'irai aux urgences de l'hôpital.

GRAMADO E CANELA villes du père Noël et du chocolate On appelle cette région (nord du Rio Grande do Sul) en pleine SERRA GAUCHA, la SUISSE DU BRESIL. Le climat y ressemble un peu, puisqu'en plein hiver (juillet-août) il peut même neigé un petit peu à CAMBARA DO SUL, c'est le seul endroit du Brésil succeptible de recevoir un peu de neige. Mais là, c'est le plein été austral (décembre-janvier) et il fait 34°C mais il y a de la fausse neige, des boutiques de chocolats partout et une décoration de Noël incroyable ! Les hôtels sont construits sur le modèle de châlets Suisses !! ! ! Depuis GRAMADO, le panorama sur la vallée est magnifique. Bon CANELA est moins sophistiquée que GRAMADO mais on y va surtout pour le Parc floral avec ses haies d'hortensias et ses chutes d'eau de CARACOL : Il y a 2 parcs côte à côte, l'un PRIVE : le Parque Floresta Encantada de Canela au bout d'une piste en terre, il propose une promenade en téléphérique, ce qui est décevant c'est que l'on ne descend pas du téléphérique, sinon, il faut refaire la queue pendant au moins 40 minutes. Bon, la vue sur la chute d'eau du CARACOL ( 130 m de haut) est superbe. Après le tour en téléphérique, on peut aller au second parc (public celui-là) le Parque Estadual do Caracol. Mais il y a quand même un droit d'entrée et un supplément pour un ascenseur qui permet de faire face à la chute d'eau. Bref c'est très commercial tout cela. Mais ça vaut le coup, en plus le parc est bien aménagé et très fleuri. Après cela, j'ai eu la chance d'avoir un arc en ciel qui donnait pile sur la cascade. Par contre, mon pied me faisait toujours aussi mal, après avoir passé la matinée aux urgences de l'hôpital, le médecin m'a confirmé que la radio montrait clairement une fracture du petit orteil droit. Pas de plâtre possible, juste une immobilisation par sparadrap en le ligotant avec les deux autres orteils d'à côté, il m'a dit qu'il y en aurait pour 3 à 5 semaines ! Mais au moins je peux mettre mes chaussures, même si je boite un peu. Avant de quitter CANELA, je suis passé déjeuner car il était déjà 14h30 dans un très bon restaurant de spécialités du sud, le restaurant OLIMPIA. Le serveur hyper sympa, m'a mis une double portion pour le même prix. Retour au terminal des autobus pour aller à PORTO ALEGRE.

2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil
2010 décembre Sud Brésil

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article